"Il faut briser le tabou de l'ordination de femmes diacres"

Le nouvel archevêque de Malines-Bruxelles Josef De Kesel est ouvertement en faveur d’un rôle accru des femmes au sein de l’Eglise. "L’ordination des femmes diacres est un sujet dont on doit pouvoir parler librement au sein de l'Eglise".

Invité de la VRT radio ce jeudi matin, Josef De Kesel se dit conscient qu’il y a de nombreuses femmes engagées au sein de l’Eglise, il y voit une opportunité pour impliquer davantage ces femmes en leur donnant des responsabilités.

"Je ne fais pas de promesses en l’air, mais je verrai ce que je peux faire. En tous cas c’est quelque chose d’important pour moi" a-t-il ajouté.

L’ordination des femmes en vue de devenir diacres ne constitue certainement pas un tabou pour Josef De Kesel. "Je suis favorable à cette idée, mais elle ne relève évidemment pas de ma responsabilité. C’est un débat qui doit être mené et je crois que le climat y est propice dans l’Eglise".

Avec le pape François à la tête de l’Eglise catholique, Josef De Kesel voit en effet des opportunités se présenter "par sa manière de parler et d’agir, il a changé de nombreuses choses, il a créé un climat ouvert aux débats, alors qu’en pratique peu de décisions tangibles ont déjà été prises".

"Le fait que le pape n’ait pas tranché est intelligent de sa part" ajoute Josef De Kesel. "Il est important, dans sa fonction de ne pas prendre position avant qu’il n’y ait de consensus au sein de l’Eglise, car sinon ce serait une source de division".