"Il faut poursuivre les économies pendant encore au moins deux ans"

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a affirmé samedi soutenir les mesures prises par le gouvernement fédéral : "Il faudra bien encore deux ou trois années d’économies drastiques, il n’y a pas d’autre alternative. Si nous persévérons alors nous pourrons offrir de nouvelles perspectives".

Dans une interview publiée ce samedi dans le quotidien Het Nieuwsblad, le président de la N-VA est revenu sur les mesures prises par la coalition au pouvoir au fédéral (N-VA, CD&V, Open VLD et MR), au cours de l’année écoulée.

"Nous avons lancé des réformes en profondeur. Je me rends compte qu’elles ne sont pas toutes agréables. Mais si nous persévérons nous pourrons inverser la tendance économique négative. Nous pourrons alors offrir de nouvelles perspectives pour 2019" estime Bart De Wever.

"Les objectifs de l’accord gouvernemental sont simples : le budget doit être remis en ordre, les coûts salariaux doivent baisser afin de créer de nouveaux emplois, le niveau d’imposition doit être ramené vers le bas et les dépenses publiques doivent baisser. Il n’y a pas 5.000 manières pour réaliser cela. En tous cas certainement pas en arrêtant de faire des économies dès maintenant. Ce n’est peut-être pas très séduisant mais après coup vous vous rendrez compte que c’était nécessaire".

"Je suis heureux que nous ayons pu apporter des changements, mais je suis le premier à admettre que cette coalition a rendu, elle-même, les choses plus difficiles qu’elles ne sont. J’espère qu’en 2016 nous parviendrons à aller de l’avant même si je suis sceptique. Pour la plupart des partis, en effet, faire des économies durant un an c’est déjà beaucoup. Pourtant nous devons continuer les efforts pendant encore deux à trois ans", ajoute Bart De Wever "il n’y a pas d’alternative".

A la question de savoir si cette dernière remarque était destinée au CD&V, partenaire de la coalition, De Wever répond : "Je ne veux pas faire l’analyse d’un autre parti. Cela n’apporte rien".