La visite chez le dentiste plus chère dès février seulement

La mesure selon laquelle le ticket modérateur (intervention personnelle du patient) appliqué pour une visite chez le dentiste sera plus élevé pour les patients qui ne font pas annuellement un examen général préventif a été reportée. Elle sera d’application vraisemblablement dès le 1er février 2016, au lieu du 1er janvier.
Reporters

La nouvelle mesure vise à encourager les citoyens à se rendre régulièrement - au moins une fois par an - chez le dentiste pour un contrôle général. Ceci permet d’éviter que des problèmes ou un mauvais état des dents ne s’aggravent et coûtent, à terme, plus cher à l’assurance maladie.

Concrètement, le ticket modérateur - à savoir la partie des dépenses de santé qui reste à charge du patient après le remboursement de l’assurance maladie - appliqué pour une visite chez le dentiste sera à l’avenir plus élevé pour ceux qui ne font pas un examen préventif régulièrement, à savoir une fois par an.

Une fois la mesure entrée en vigueur, le ticket modérateur sera alors 15% plus élevé pour les personnes qui n'effectuent pas une visite annuelle. Cette mesure devait normalement entrer en vigueur au 1er janvier. Mais il semblerait maintenant que la majoration du ticket modérateur ne soit d’application qu’à partir de février 2016. C’est la nouvelle date-cible, indique-t-on au cabinet de la ministre de la Santé publique, Maggie De Block (Open VLD, photo).

En cause, "un retard dans la prise de décision, alors que nous en tant que mutuelle étions déjà prêts en octobre pour appliquer la mesure", expliquait Paul Callewaert des Mutualités socialistes. "La publication de l’Arrêté royal a donc pris du retard. L’avantage de ce retard est que le patient gagne un peu de temps pour prendre un rendez-vous chez son dentiste".

Ce ne sera cependant pas aussi facile qu’on le pense, car beaucoup de dentistes ont vu leur agenda se remplir à l’arrivée de cette mesure.

Le report signifie aussi que les soins dentaires effectués en janvier ne seront pas encore concernés par la mesure de "trajet de soins", notent encore les Mutualités socialistes.