Feu d’artifice et festivités de Nouvel An annulés à Bruxelles

En concertation avec le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) et sur base du dernier rapport de l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) concernant la menace terroriste dans la capitale belge, le bourgmestre de Bruxelles-Ville, Yvan Mayeur (PS), a décidé mercredi soir d’annuler les festivités et le feu d’artifice prévus dans le quartier de la Place De Brouckère à Bruxelles ce 31 décembre.

Tout le programme de festivités, annoncé par la Ville de Bruxelles le 29 décembre, est concerné. Le feu d'artifice, mais également les animations prévues sur le boulevard Anspach, ainsi que la soirée avec DJ, n'auront donc pas lieu ce 31 décembre.

La décision a été prise sur base du dernier rapport de l'Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam), d'un entretien direct avec le ministre de l'Intérieur Jan Jambon et de ce qui est ressorti de la réunion du Centre de crise de mercredi soir, précisait Yvan Mayeur (photo).

"Le Centre de crise a indiqué que le risque est important sur l'évènement. Ce qui est ciblé, c'est la masse de personnes", ajoutait le bourgmestre, rappelant que les fêtards réunis dans le centre de Bruxelles pour passer le cap de l'An neuf étaient au nombre de 100.000 à la Saint-Sylvestre 2014.

"Tout le reste continue"

"La police sera malgré tout déployée en force dans le centre jeudi soir et tout le reste continue. Cela ne veut certainement pas dire que tout est fermé. Les restaurants, les bars, les soirées privées... permettront de faire la fête", insistait Mayeur, précisant que la décision était "difficile".

En tranchant pour une annulation, il a suivi la recommandation formulée par la police, dans un contexte particulier de menace terroriste de niveau 3 visant spécifiquement les policiers et militaires en uniforme dans la capitale.

Lundi, l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace a en effet décidé, après une nouvelle évaluation, de relever de 2 à 3 le niveau d'alerte pour les policiers et les militaires en service dans l'agglomération bruxelloise, ainsi que pour les commissariats et plus spécifiquement celui de la rue Marché au Charbon, dans la capitale. L'organe estimait qu'il "existe une menace possible et vraisemblable, du même style que les attentats de Paris" envers ces cibles potentielles.

Un précédent

La décision n'est pas une première: en 2007, le bourgmestre de Bruxelles-Ville de l’époque Freddy Thielemans avait décidé, après une réunion de coordination au Centre de crise du ministère de l’Intérieur, que le traditionnel feu d'artifice de la Saint-Sylvestre n'aurait pas lieu. Il n'était, à cette époque, pas prévu sur la place De Brouckère comme actuellement, mais au Mont des Arts.

L'annulation était liée à une alerte terroriste annoncée le 21 décembre après l'interpellation de 14 personnes dans le cadre d'un projet de tentative d'évasion de Nizar Trabelsi (photo).