Ni achat ni restauration via le Fonds des pièces maîtresses en 2015

L’an dernier, aucun chef d’œuvre d’un artiste flamand n’a été acheté ni restauré avec l’aide du Fonds flamand des pièces maîtresses - le Vlaamse Topstukkenfonds. C’est la première fois que cela arrive, précisait le ministre régional de la Culture Sven Gatz (Open VLD) dans sa réponse à la question parlementaire de la députée Cathy Coudyser (N-VA).

Le Fonds flamand des pièces maîtresses permet d’acquérir des (potentielles) œuvres maîtresses du patrimoine artistique et culturel flamand. Il alloue aussi des subsides pour la restauration de pièces maîtresses. La liste des pièces maîtresses ainsi acquises ou restaurées comprend déjà plus de 500 œuvres. Il s’agit d’œuvres qui sont considérées comme rares ou indispensables pour la Flandre, et qui ne peuvent en principe plus quitter notre territoire.

Le gouvernement flamand prévoit une dotation annuelle de 500.000 à 600.000 euros pour ce Fonds. Mais le ministre de la Culture Sven Gatz (photo) avait déjà laissé entendre que ce budget est sous pression en raison des coûts de plus en plus élevés pour la conservation et la restauration de pièces maîtresses. C’est la raison pour laquelle les moyens disponibles pour l’achat d’œuvre importantes diminuent progressivement.

D’autre part, il n’est plus possible d’acheter grand-chose de réellement valeureux sur le marché international de l’art avec une somme de 500.000 à 600.000 euros.

En 2012, la dotation a été presque entièrement consacrée à des restaurations d’œuvres. En 2014, c’est la moitié du budget qui a servi à ce type de remise en état. Et pour 2016, les experts s’attendent également à ce que plus de 80% de la dotation aillent à des restaurations d’œuvres.

Mais les chiffres du ministre Sven Gatz témoignent d’une particularité pour l’année 2015. En effet, aucune œuvre d’art majeure et aucune restauration de pièce maîtresse flamande n’a bénéficié l’an dernier de subsides. C’est la première fois que la dotation reste inutilisée.

Pour 2016, un budget de 563.000 euros est prévu. "Lors de la réalisation du budget, nous sommes partis du principe que l’entièreté du solde serait allouée à des achats ou restaurations", a conclu le ministre Gatz.