Le Belge favorable à la tolérance zéro pour les jeunes uniquement

En 2015, 727 personnes ont été tuées dans la circulation en Belgique, c’est 40 de plus qu’en 2014. La sécurité doit donc être améliorée sur nos routes, la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant (MR) est favorable à une répression accrue des comportements dangereux et en général les Belges y sont favorables également.

Le Belge est largement favorable (80%) à la tolérance zéro en matière d'alcool mais pour les conducteurs débutants uniquement, ressort-il de la dernière Enquête nationale d'insécurité routière menée par l'IBSR (Institut belge pour la sécurité routière).

Les Britanniques (37%) et les Néerlandais (40%) sont, eux, plus enclins à appliquer la tolérance zéro à l'égard de tous les conducteurs, une généralisation souhaitée par à peine 12% des Belges.

Parmi les personnes interrogées dans le cadre de l'enquête, près de 20% des Belges ont indiqué avoir repris le volant une ou plusieurs fois sous l'influence de l'alcool au cours des 30 derniers jours. C'est deux fois plus qu'aux Pays-Bas et en Allemagne.
La manière de faire face à la fatigue est également fort différente d'un pays à l'autre, relève l'IBSR. "Près de la moitié des répondants belges et néerlandais ne s'arrêtent jamais s'ils sont fatigués alors qu'en France, ils sont beaucoup plus nombreux à le faire."
La ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, a assisté à la présentation des résultats lundi. Elle a notamment rappelé l'objectif posé lors des États généraux de la sécurité routière de réduire à 420 le nombre de tués sur les routes à l'horizon 2020. La Belgique déplorait encore 727 tués dans la circulation en 2014.
L'enquête, réalisée l'été dernier auprès de 1.000 répondants adultes dans chaque pays concerné, aborde également le sentiment d'insécurité des usagers. Celui-ci est le plus élevé chez les cyclomotoristes et les motocyclistes, suivis des cyclistes.

Une comparaison entre les Régions montre que les cyclistes se sentent le plus en sécurité en Flandre, un peu moins à Bruxelles et encore moins en Wallonie. Dans les pays voisins, les cyclistes se sentent le plus en sécurité aux Pays-Bas et en Allemagne. Il s'agit précisément des pays où les usagers sont les plus nombreux à se déplacer à vélo.

"Plus les déplacements à vélo sont nombreux, plus les cyclistes se sentent en sécurité et plus le risque d'accident est réduit", commente l'IBSR.

Poussée par la Flandre, la Belgique tire son épingle du jeu en termes de déplacements à vélo.

Un Belge sur deux reconnaît avoir enfourché sa bicyclette au cours des 12 derniers mois, contre 70% aux Pays-Bas, 60% en Allemagne et à peine 20% en Grande-Bretagne. A l'échelle nationale, la Flandre à elle seule atteint le niveau des Pays-Bas (70%) alors que Bruxelles et la Wallonie peinent à dépasser les 20%.