Le lockdown de Bruxelles a coûté 0,1% du PIB belge

D’après l’administrateur délégué de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), Pieter Timmermans, la mise à l’arrêt de Bruxelles lors du rehaussement du niveau de la menace terroriste entre le 21 et le 26 novembre a coûté à la Belgique 0,1% de son produit intérieur brut au dernier trimestre de 2015. C’est ce qu’il a déclaré dans un entretien accordé au journal américain The Wall Street Journal.

Le "lockdown" de Bruxelles - avec notamment un silence radio demandé par moment par les autorités aux médias - a duré quelques jours fin novembre dans un contexte de menace terroriste "sérieuse et imminente" (niveau 4) à la suite des attentats perpétrés le 13 novembre à Paris.

Dans une interview accordé au Wall Street Journal, le patron de la FEB (photo) évalue l'impact de ce "lockdown" à 350 millions d'euros, dont plus de la moitié concerne Bruxelles. Le transport, le tourisme et le secteur Horeca ont souffert le plus.

La mise en place du niveau 4 d'alerte dans la capitale de l’Europe, entre le samedi 21 et le jeudi 26 novembre, a entraîné la fermeture du métro, de magasins, d'écoles et l'annulation d'une série d'évènements sportifs et culturels notamment.

Le recours au chômage temporaire dans certaines entreprises à Bruxelles a toutefois permis d'atténuer quelque peu les conséquences négatives.

Pieter Timmermans ne s'attend pas à ce que l'économie belge continue de souffrir du lockdown de novembre. "Nous voyons déjà les premiers signes de reprise", déclare-t-il, estimant qu'il est important de rétablir l'image de la Belgique à l'étranger.