Van Reybrouck : "Je croyais Jakarta plus sûre que Bruxelles"

L’auteur et historien brugeois David Van Reybrouck (photo principale) se trouve en Indonésie depuis une semaine, dans le cadre de la rédaction d’un nouveau livre sur la décolonisation dans le pays d’Asie du Sud-Est. Il a été témoin des attaques qui ont fait au moins 7 morts, ce jeudi matin, dans la capitale Jakarta.

Au moins 7 personnes, dont 5 assaillants, ont péri ce jeudi matin (heure locale) dans des attaques qui ont semé le chaos dans la capitale indonésienne de Jakarta (photo). Plusieurs explosions se sont produites près du centre commercial Sarinah, dans le quartier du centre qui abrite des bureaux de diverses agences des Nations Unies et des ambassades. Alors que le président Joko Widodo et la police affirmaient avoir repris contrôle de la situation et dénonçaient des "actes terroristes", en fin de matinée (heure belge), les attentats auraient été revendiqués par l’organisation terroriste Etat Islamique.

L'auteur et historien flamand David Van Reybrouck se trouve actuellement à Jakarta. Au moment des attaques dans la capitale indonésienne, il se trouvait à quelques centaines de mètres du lieu de l'une des explosions. Il a entendu une forte détonation ainsi que des coups de feu, indiquait-il sur son compte Twitter.

A la VRT (Radio 1), il précisait ne pouvoir sortir de sa chambre d'hôtel, pour des raisons de sécurité. Juste après l'attaque, il a en effet tenté de se rendre sur les lieux de l'explosion, "mais les forces de l'ordre nous ont repoussé, d'autant plus que d'autres attaques étaient en cours." Quelques heures plus tard, "la situation ne semble pas sous contrôle", avait-il encore affirmé.

Après le Congo, l’Indonésie

L’historien, archéologue et écrivain flamand, auteur notamment de "Congo. Une histoire" - qui connut un grand succès depuis sa parution en 2010 -, se trouve à Jakarta dans le cadre de la rédaction d'un nouveau livre à propos de la décolonisation en Indonésie.

"Quand je suis descendu de l'avion il y a une semaine, je pensais arriver dans un ville plus sûre que Bruxelles", a déclaré l'auteur (photo d'archives), se référant à l'absence d'attaques terroristes ces dernières années dans la capitale du plus grand pays musulman au monde. Selon lui, il y a néanmoins quelques jeunes indonésiens qui suivent l'Etat islamique.

Son nouveau roman se situera dans la lignée de celui sur le Congo. Van Reybrouck est en train de réaliser des interviews en Indonésie au sujet de la violence coloniale des Néerlandais. Il devait s’entretenir ce jeudi avec plusieurs personnes âgées de plus de 90 ans, mais ces interviews ont été reportées.

David Van Reybrouck n'a cependant pas l'intention d'écourter son séjour de deux mois en Indonésie à la suite des attaques. "J'ai encore du travail", a-t-il précisé.