Le Japon et la Grande-Bretagne à l’honneur d’Anima 2016

La 35ème édition du Festival international du film d’Animation ouvre ses portes ce 5 février. Durant dix jours, grands et petits pourront découvrir ce qui se fait de mieux dans le domaine. Cette année, une attention particulière est accordée à deux pays regorgeant de talents en matière d’animation : le Japon et la Grande-Bretagne. Parallèlement, des ateliers et de nombreux évènements sont organisés, dont la célèbre Nuit animée.

Tous les ans, Anima fait le plus grand bonheur des amateurs de films d’animation, quel que soit leur âge. Comme à son habitude, le festival se tient durant les vacances de Carnaval, afin que les petits puissent profiter pleinement des nombreux dessins animés proposés.

Cette 35e édition est une nouvelle fois organisée à Flagey, dans la commune bruxelloise d’Ixelles. D’autres villes du pays accueillent également des projections. En Flandre, des films sont programmés à Anvers, Louvain, Ostende et Gand.

Un film d’ouverture ‘Made in Belgium’

Anima sera lancé le vendredi 5 février avec la projection du tout dernier long-métrage des studios nWave : "Robinson Crusoé" (grande photo). Fondé en 1994 par Ben Stassen, ce studio bruxellois s’est fait connaître à l’étranger grâce à ses films "Fly Me to the Moon", "Les Aventures de Samy", ou encore "The House of Magic".

L’histoire est une interprétation libre du célèbre roman de Daniel Defoe. Elle sera présentée lors de la cérémonie d’ouverture par le fondateur du studio et le réalisateur Vincent Kesteloot.

Tout au long du festival, pas moins de 200 courts et longs métrages seront projetés dans le cadre de la sélection officielle. Certains ont été retenus pour les compétitions (nationale et internationale). Plusieurs films inédits seront également présentés hors compétition.

Pour sa clôture, le dimanche 14 février, Anima a sélectionné le long-métrage "The Prophet" (petite photo), inspiré de l’œuvre du même nom de l’auteur et poète libanais Khalil Gibran. Le même soir, le palmarès de la 35ème édition d’Anima sera révélé au public, et les prix des différentes catégories seront remis aux gagnants.

Tapis rouge pour la Grande-Bretagne et le Japon

Comme toujours, le festival met un ou plusieurs pays à l’honneur. Cette année, c’est au tour de la Grande-Bretagne et du Japon . Si tous deux ont des caractéristiques très distinctes dans le domaine de l’animation, ils ont en commun la chance de recenser d’innombrables talents.

Outre-Manche, le secteur est en plein essor. Le pays compte de nombreuses écoles et studios de renommée, dont le studio Aardman, connu pour les films "Wallace & Gromit" ou encore "Shaun le mouton". Peter Lord, l’un des fondateurs, viendra présenter un programme exclusif à l’occasion des 40 ans du studio Aardman.

De nombreuses séances de court-métrages 100% british seront par ailleurs proposées au public. Des dessinateurs redonneront vie en musique au conte d’Alice au Pays des Merveilles de Lewis Caroll. Leurs crayons se laisseront guider par de grands titres du rock anglais mixés par un DJ.

Côté japonais, des projections inédites sont au programme. Des films cultes, tels que "Akira", seront ressortis. Une grande partie de ces anciens films seront à (re)voir à la Cinematek de Bruxelles, qui s’associe au festival à l’occasion de ce cycle.

Mais le festival s’attellera également à faire découvrir au public les dernières nouveautés du pays du Soleil-Levant, notamment à travers de nombreux court-métrages. Une exposition et une soirée "spécial Japon", seront également organisés.

Le festival où les enfants sont rois

Les organisateurs ont raison de le rappeler : Anima, c’est aussi le festival des jeunes cinéphiles. Tout au long des vacances, des séances leur sont spécialement dédiées. Elles se tiennent principalement les matins et après-midis.

Le riche programme varie selon les âges. Certaines projections sont destinées aux touts petits (à partir de 3 ans). D’autres feront le bonheur des enfants qui déjà ont atteint l’âge de raison.

Parmi les films, belges et internationaux, on retiendra notamment "En sortant de l’Ecole", 13 court-métrages mettant en scène des poèmes du poète français Jacques Prévert, ou encore "Shaun, les Lamas du fermier & Cie" (photo), une série de 7 petites animations, dont le dernier "spécial", de Shaun le mouton, présenté en exclusivité à Anima.

Notons qu’un stand de grimage sera installé dans le bâtiment durant les week-ends et le jour de Mardi gras. Une exposition destinée à faire découvrir les coulisses de l’animation aux enfants sera également mise en place.

Ateliers et évènements tous azimuts !

Les habitués d’Anima savent que ce festival ne consiste pas uniquement en la projection de films. Parallèlement, il offre d’innombrables activités, permettant au visiteur de ne jamais s’ennuyer.

Les rencontres professionnelles Futuranima proposent aux étudiants et à tous les passionnés de se pencher sur le processus de création des films d’animation. Un stage d’animation d’une semaine sera en outre proposé aux adolescents âgés de 12 à 16 ans.

Une nouveauté également : le samedi 6 février aura lieu le "Cycle-In Cinema" durant lequel un peloton de cyclistes se rassemblera sur la Place Sainte-Croix. Ensemble, ils produiront l’électricité qui leur permettra de visionner le film lors de cette séance en plein air.

Enfin, Anima ne serait pas Anima sans sa célèbre Nuit Animée. Samedi 13 février, pas moins de 40 court-métrages inédits feront le bonheur des plus adeptes, de 21h30 jusqu’au petit matin. Cette année, la Saint-Valentin sera le point d’orgue de cette nuit hors norme.

Retrouvez tout le programme du festival sur le site d'Anima