Michel ne va pas à Davos, pour des raisons privées

Le Premier ministre Charles Michel (MR) se fera remplacer au Forum économique mondial, qui se tient depuis mardi soir dans la station montagnarde suisse de Davos, par le vice-Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD). Il préfère en effet rester en Belgique auprès de sa compagne Amélie Derbaudrenghien (photo), qui serait sur le point d’accoucher.

Le vice-Premier et ministre de la Coopération au développement, de l'Agenda numérique, des Télécommunications et de la Poste Alexander De Croo (photo) combinera à Davos son programme personnel avec celui que devait assumer le Premier ministre, qui restera donc en Belgique pour des raisons privées. Charles Michel avait notamment prévu des contacts avec un des hommes forts de Google, ou encore des entretiens avec des représentants de l'industrie pharmaceutique et du monde de la finance.

La Belgique veut se concentrer sur les contacts économiques durant ce 46e Forum annuel qui rassemble dans les Alpes suisses le gratin de la politique et du business.

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) ainsi que le couple royal feront office de chefs de file de la délégation belge, qui compte particulièrement se montrer lors du traditionnel Belgian Power Breakfast, prévu jeudi.

Celui-ci sera présidé par le roi Philippe et la reine Mathilde (photo d'archives), et doit promouvoir le pays face à un parterre d'investisseurs étrangers et d'entrepreneurs du cru. Les régions bruxelloise et wallonne ne seront pas représentées en tant que telles à Davos cette année. Pas plus que l’an dernier, le ministre-président wallon Paul Magnette (PS) ne se rendra en effet à Davos, affirmant que "la Wallonie a sa propre stratégie".

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) sera également absent au Forum économique mondial.

Le thème du forum de cette année, la "4e révolution industrielle", est étroitement lié aux compétences du ministre de la Coopération au développement, de l'Agenda numérique, des Télécommunications et de la Poste, Alexander De Croo. Il doit également, aux côtés du président du Comité international de la Croix-Rouge, présenter le 22 janvier le lancement d'un "Humanitarian Impact Bond", un outil de financement de projets de développement et d'interventions humanitaires.