"Toujours des mineurs dans les cellules flamandes"

Chaque mois, des mineurs passent une ou plusieurs nuits dans une cellule de commissariat à cause du manque de places dans les centres pour jeunes. Si le nombre de cas n’est pas connu, il serait plus élevé que l’on pense, rapporte la députée flamande Elke Van den Brandt (Groen), sur base des données qu’elle a demandées au ministre flamand du Bien-être Jo Vandeurzen (CD&V). A ses yeux, le ministre ne fait pas suffisamment d’efforts pour résoudre le problème.

Les cas les plus flagrants finissent souvent par être repris dans les médias. Mais d’après Elke Van den Brandt, la presse n’est pas toujours mise au courant. Aucun chiffre exacte sur le nombre de mineurs en cellule n’existe. Selon la députée Groen, le phénomène n’est pas quantifié avec précision par le ministre Jo Vandeurzen et son administration. "Cette politique de l’autruche doit cesser", estime Elke Van den Brandt.

D’après les chiffres les plus récents datant de 2014 (ceux de 2015 ne sont pas encore disponibles), 691 cas de jeunes n’ayant pas obtenu d’accueil approprié ont été signalés. "Au total, il n’y a pas d’offre adaptée pour 1 jeune sur 10", souligne la députée flamande.

Cette dernière estime que le ministre du Bien-être n’en fait pas suffisamment pour remédier à la situation. "Il a créé 9 places supplémentaires dans les centres de crise, et 150 pour l’accompagnement à domicile. A ce rythme, la Flandre ne sera jamais en état d’apporter une réponse appropriée aux jeunes en crise".