Nouvel incident au réacteur nucléaire de Tihange 2

Le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Tihange a subi ce dimanche vers 10h45 une baisse de charge "conséquente", en raison d’une "petite perte d’eau sur un circuit auxiliaire de la salle des machines". Mais le réacteur est encore "toujours sur le réseau", précisait le porte-parole de la centrale en province de Liège, Serge Dauby.

"Pour ne prendre absolument aucun risque, nous avons volontairement réduit la charge afin d'intervenir sur le circuit concerné", a ajouté le porte-parole de la centrale de Tihange.

Ce dimanche après-midi, les équipes techniques analysaient les différentes options permettant de résoudre le problème. "Dès que l'intervention aura été effectuée, nous ré-augmenterons la charge. C'est prévu pour demain lundi, mais ça pourrait aller plus vite, comme ça pourrait prendre plus de temps", a encore expliqué Serge Dauby selon qui "le fait de ne pas être à l'arrêt facilitera la relance".

"C'est un incident tout à fait mineur, qui n'a rien à voir avec la zone nucléarisée", a enfin affirmé le porte-parole, en assurant que "tout est fait dans un respect total des procédures".

Microfissures

Tout comme le réacteur 3 de la centrale de Doel (Flandre orientale), le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Tihange a été relancé en fin d’année dernière (14 décembre), après avoir été à l’arrêt pendant plus de 20 mois. En cause, la découverte de microfissures dans les parois des cuves des réacteurs.

Les analyses d’experts ont cependant révélé que ces fissures ne sont pas dangereuses. Mais plusieurs communes situées à la frontières avec la Belgique - comme notamment Aix-la-Chapelle et Maastricht - réclament que la centrale de Tihange soit fermée rapidement, en raisons d’incidents qui s’y produisent régulièrement.

De nouveaux incidents, comme celui de ce dimanche à Tihange 2, ne font que renforcer leur conviction, malgré toutes les précautions prises par les autorités belges de contrôle nucléaire.