Un adolescent emporté lors d’inondations à Tihange

Les opérations de recherche du garçon de 12 ans, emporté samedi après-midi lors des inondations survenues à Tihange, en province de Liège, se poursuivent ce dimanche notamment avec une caméra thermique et un sonar dans la Meuse. Une animatrice qui avait également été emportée par les flots a été retrouvée saine et sauve samedi soir.

Samedi peu avant 16h, le dégel a provoqué, de manière totalement imprévisible et impromptue, le débordement du ruisseau de 'L'Homme sauvage', situé à proximité du gymnase communal de Tihange (province de Liège). Avec pour conséquence la formation d'un torrent.

Un jeune membre du mouvement de jeunesse patro de Tihange a alors été emporté par les eaux. Une animatrice qui s'est immédiatement portée à son secours a également été emportée. Les deux victimes se sont ainsi retrouvées dans le réseau d'égouttage souterrain.

L'animatrice emportée a pu s’agripper à une échelle et a été retrouvée vers 17h30, à une centaine de mètres en face de la caserne des pompiers à Tihange. Blessée, la jeune fille âgée d'une vingtaine d'années a été transportée au Centre hospitalier régional de Huy où, au moment de son admission, ses jours n'étaient pas considérés comme étant en danger.

Selon le témoignage de l'animatrice rescapée, celle-ci est restée en contact verbal avec le jeune garçon, encore peu de temps avant d'être secourue.

Caméra thermique et sonar

Interrompues dimanche vers 2h du matin, les opérations de recherche de l’adolescent ont repris ce dimanche matin, ont annoncé le responsable de la Cellule des personnes disparues de la police fédérale, Alain Remue, et le bourgmestre de Huy, Christophe Collignon.

Un hélicoptère de la police fédérale, muni d'une caméra thermique, ainsi qu'un sonar ont pour mission de sonder la Meuse. Les recherches sont en effet actuellement dirigées vers ce fleuve, dans lequel se jettent les égouts où a été signalé pour la dernière fois l'adolescent .

"Ce dimanche matin, les équipes ont refouillé la rive droite de la Meuse au départ de la centrale nucléaire", a précisé le commissaire Alain Remue. "Cinq ans après la disparition des deux sœurs à Engis, la Meuse est contre nous."

Les pompiers poursuivent les opérations de recherches avec les agents de la protection civile.