"Restaurer l’image de la Belgique à l’étranger"

Le Premier ministre (photo) appelle les diplomates belges à déployer "toute l’énergie nécessaire" pour promouvoir l’image de notre pays, endommagée par l’implication de certains de ses ressortissants dans les attentats du 13 novembre à Paris. Charles Michel annonce aussi, pour sa part, une série de visites à l’étranger. De leur côté, les Affaires Etrangères lancent le site internet "Focus on Belgium".

"Je suis conscient que la Belgique a fait l'objet d'un fameux 'bashing' (dénigrement, ndlr) dans certains pays à l'étranger à la suite de ces attentats. Cette image négative, nous devons la redresser au plus vite", a-t-il affirmé lors d'un discours prononcé à Bruxelles à l'occasion des Journées de contact diplomatiques qui rassemblent l'ensemble des chefs de poste belges rappelés de l'étranger.

"J'en appelle à vous pour déployer toute l'énergie nécessaire pour promouvoir l'image de la Belgique", a affirmé le Premier ministre à l'adresse de ces diplomates. "Non, la Belgique n'est pas une zone de non-droit. Oui, nous prenons des mesures et oui, nous obtenons des résultats", a-t-il ajouté.

Charles Michel a également annoncé des missions à l'étranger pour "valoriser notre image économique et sociale dans le monde", dans le cadre de la diplomatie économique, et "maximiser les nouveaux atouts" du pays.

"Des missions suivront rapidement. Je commencerai par aller en visite officielle en Chine à la fin du mois de mars. J'y prendrai part au Boao Forum", le "Davos" asiatique, a précisé le chef du gouvernement.

Il a aussi annoncé des déplacements plus courts au premier semestre, en Europe, d'où provient la majeure partie de nos investissements étrangers. "D'autres missions suivront, en Amérique du nord, notamment", a indiqué le Premier ministre Michel.

Un nouveau site internet : Focus on Belgium

Le ministre des Affaires Etrangères, Didier Reynders, a également appelé les diplomates belges à "redresser l’image de la Belgique dans les médias de leur pays de juridiction", soulignant que des informations relayées sans nuances dans les médias et sur les réseaux sociaux peuvent créer rapidement une image négative du pays.

"Il faut ensuite plus de temps et d’énergie pour reconstruire une image positive. C’est une tâche à laquelle nous devons nous atteler tous ensemble. Elle est essentielle pour notre économie, le tourisme, l’attrait des investissements dans notre pays".

Didier Reynders présentait alors un nouveau site internet réalisé par son département, en néerlandais, français et anglais, baptisé "Focus on Belgium". Il donne une foule d’informations sur la Belgique, sous différents aspects : business, culture, science et lifestyle notamment.

Accessible à tout le monde, il s’agit du successeur de la newsletter intitulée "Belgium Unlimited" qui était adressée par le ministère des Affaires Etrangères aux postes diplomatiques.

La Belgique insiste sur le respect des Constitutions

Le Premier ministre Michel et son chef de la diplomatie, Didier Reynders (photo d'archives), ont appelé au respect des Constitutions en Afrique, un message plus particulièrement adressé aux présidents congolais Joseph Kabila (photo d'archives) et burundais Pierre Nkurunziza -alors que le premier laisse planer le doute sur ses intentions à l'approche de la fin de son mandat et que l'obstination du second a plongé son pays dans une grave crise politique.

"Il n'y a pas de démocratie sans légitimité, il n'y a pas de légitimité sans respect pour le pacte constitutionnel qui unit les peuples et leurs dirigeants", a déclaré Charles Michel à Bruxelles à l'occasion des Journées de contact diplomatiques.

"Vu les échéances électorales que connait le continent africain en cette période, ce respect prend tout son sens. Le mépriser ouvre la porte à l'instabilité et au chaos, dont les populations civiles sont les premières à faire les frais", a-t-il ajouté.

Le chef de gouvernement n'a cité aucun pays en particulier, mais le ministre des Affaires Etrangères a été plus explicite, mentionnant la République démocratique du Congo (RDC) et le Burundi.

Didier Reynders a ainsi appelé le président congolais à "parachever" l'oeuvre menée au cours de la décennie en assurant, pour la première fois dans l'histoire de la RDC, une transition démocratique et pacifique", l'invitant implicitement à quitter le pouvoir à l'issue de son second mandat, qui expire en décembre.

"Monsieur Kabila a réussi, avec l'aide de nombreux partenaires, au cours de la dernière décennie à sortir son pays d'une terrible guerre civile, à le réunifier et le stabiliser, même si des groupes armés continuent à sévir à l'est. Aujourd'hui, il a la possibilité de parachever cette oeuvre en assurant pour la première fois dans l'histoire de son pays une transition démocratique et pacifique au sommet de l'Etat, au terme d'élections présidentielles", a affirmé Reynders. "Le peuple congolais attend ce moment, la communauté internationale aussi".