Seuls N-VA, CD&V et VB veulent une régionalisation accrue

Une enquête réalisée auprès de parlementaires par des professeurs de l’Université libre néerlandophone de Bruxelles VUB et de l’Université Catholique de Louvain UCL révèle que seuls les nationalistes flamands de la N-VA, le parti d’extrême-droite Vlaams Belang et, dans une moindre mesure, le parti démocrate-chrétien flamand CD&V souhaitent encore une régionalisation plus poussée de la Belgique. Les autres partis - dont Open VLD et le MR qui font partie du gouvernement fédéral - sont plutôt partisans d’une légère refédéralisation de la Belgique. Cette enquête fait l’objet d’une publication par le CRISP (Centre de recherche et d’information socio-politiques).
© BEW Authors - www.belgaimage.be

Les parlementaires francophones interrogés et les parlementaires flamands de l'Open VLD, du SP.A et de Groen sont partisans d'une légère refédéralisation de certaines compétences (elles repassent alors des Régions vers le niveau fédéral), alors qu'ils étaient favorables à une défédéralisation (transfert du fédéral vers les entités fédérées) en 2011. De manière globale, on observe d'ailleurs une évolution qui va vers moins de défédéralisation, particulièrement au MR puis au CD&V.

Le fossé s'agrandit avec les partis les plus en pointe pour la défédéralisation, à savoir la N-VA et le VB. De l'autre côté du spectre, le PTB/PVDA est également isolé, pas loin de prôner le retour à la Belgique unitaire.

On observe également qu'il y a peu de différences entre néerlandophones et francophones au sein d'une même famille politique. Remarquable, les parlementaires des partis francophones Ecolo et du PS sont moins enclins que leurs collègues flamands de Groen et du SP.A à demander la refédéralisation de compétences.

Sentiment belge prépondérant

L'enquête a également mesuré l'attachement identitaire des parlementaires. Sans surprise, on ne retrouve quasiment aucun élu N-VA et Vlaams Belang se sentant belge. Dans les autres formations, le sentiment belge est prépondérant.

Du côté flamand, les parlementaires de l'Open VLD (libéral), du SP.A (socialiste) et Groen (écologiste) ont un sentiment belge prononcé, alors qu'une moitié d'élus CD&V (démocrates-chrétiens) se disent tantôt flamands tantôt belges. Un peu moins de la moitié des CD&V se disent plus flamands que belges.

Les élus MR sont les plus 'belges'. L'identité wallonne est fortement affirmée chez les élus PS; elle est la moins forte chez les parlementaires MR, CDH et Ecolo qui se situent dans une position intermédiaire.

Comparé à l’enquête réalisée en 2011, l'identité wallonne et flamande est moins affirmée dans de nombreux partis. Il y a des exceptions à la N-VA, au Vlaams Belang, au PS et au SP.A. Toujours comparé à 2011, l'identité belge est plus forte au sein de l'Open VLD, du SP.A, de Groen et du MR, et dans une moindre mesure, également du PS.

Les plus consultés