Van Overtveldt veut revoir l’impôt des sociétés

Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), suggère de baisser l'impôt des sociétés en le faisant passer de 29,99 à 20 ou 22%. Il s’agit d’un plan visant à maintenir notre pays attractif pour les investisseurs étrangers après le rejet par la Commission européenne du régime fiscal avantageux aux multinationales.

"Avec un tarif de 34% sans possibilité de déductions substantielles notre pays n’est plus attractif pour les investisseurs" a déclaré le ministre Van Overtveldt dans une interview accordée aux quotidiens De Tijd et L’Echo et publiée ce samedi. "Mais en introduisant, à côté du système existant, un taux tournant entre 20 et 22%, sans mécanisme de déduction fiscale, nous sommes à nouveau intéressant sur le plan international".

Début janvier, la Commission européenne sommait la Belgique de récupérer quelque 700 millions d'euros auprès de 35 entreprises multinationales ayant bénéficié du régime "Excess profit rulings", déclaré illégal.

Johan Van Overtvedlt propose à présent un double système pour les entreprises. Soit elles optent pour un tarif de 34% avec maintien des déductions comme les intérêts notionnels, soit pour un tarif de 20 à 22% sans déductions possibles.

"Economiser dans la sécu"

Le ministre des Finances estime par ailleurs qu'il faudra "encore économiser dans la Sécu" pour atteindre l'équilibre budgétaire en 2018.
"Nous devons dégager les économies dans le cadre de l'accord de gouvernement. Il faut ainsi travailler sur la réforme de la pension des fonctionnaires, dont les années d'étude ne peuvent plus compter dans le calcul de la pension. Il faut aussi économiser dans les organes de gestion de la Sécu, un poste à plus de 3 milliards d'euros par an. Et les malades de longue durée doivent être stimulés afin qu'ils retournent à nouveau sur le marché du travail", détaille notamment le ministre.