"Le dopage mécanique faisait sourire, à présent c’est la réalité"

Le président de l’UCI Brian Cookson a réagi ce dimanche matin lors d'une conférence de presse organisée à Heusden-Zolder suite à la découverte d’une fraude mécanique lors des Mondiaux de cyclo-cross. La Belge Femke Van den Driessche risque une suspension d’au moins six mois et une lourde amende.

Cela faisait un moment déjà que des rumeurs faisaient état de cas de dopage mécanique dans le cyclisme. Mais depuis samedi le premier cas avéré a été découvert par l’UCI.

Un mécanisme suspect a été découvert dans le vélo utilisé lors de ces Mondiaux de cyclo-cross par la jeune espoir belge Femke Van den Driessche.

"Jusqu’ici le dopage mécanique faisait sourire mais depuis hier nous avons la preuve que des coureurs utilisent bien de telles choses ou l’ont utilisé dans le passé" a déclaré Brian Cookson.

"A tous ceux qui ont l’intention de tricher, nous avons envoyé un message clair : nous allons vous attraper et nous allons vous punir, parce que notre technologie pour détecter ce type de fraude semble fonctionner" a-t-il ajouté.

"Nous avons introduit de nouvelles règles l’an dernier concernant la fraude technologique. C’est un domaine très vaste car nous ne savons pas jusqu’où peuvent aller les développements technologiques. Mais ces règles permettent de toute façon de punir les tricheurs. C’est à présent à la Commission disciplinaire de s’occuper de cette affaire".

"Les règles en matière de sanctions pour des fraudes technologiques sont tout à fait claires", a ajouté Cookson lors de sa conférence de presse très suivie. "C’est une suspension d'au moins six mois, sans limite maximale. Mais je refuse de faire la moindre déclaration à ce sujet. Le dossier est à présent entre les mains de la commission de discipline et je ne vais pas non plus révéler d'autres détails. En ce qui concerne la nature du moteur utilisé, je préfère ne rien dire actuellement. A la question de savoir si son équipe ou le Ligue belge peuvent être sanctionnées ? Je préfère ne pas répondre non plus."

A côté d’une sanction sportive, Femke Van den Driessche ainsi que son équipe "Kleur Op Maat-NoDrugs" risquent aussi une forte amende. Selon les règlements de l'UCI, qui ont été modifiés le 30 Janvier, 2015, toute fraude technologique est passible d'une amende de 18.000 euros à 180.000 euros (20.000 et 200.000 francs suisses) pour le ou la coureur en question. Pour l'équipe, qui peut elle aussi être suspendue pour un minimum de six mois, le montant de l’amende peut être comprise entre 90.000 et 900.000 euros (100.000 à 1 million de francs suisses).

"Nous avons contrôlé samedi plusieurs vélos au sein de toutes les catégories", a encore expliqué Cookson. "Nous entendons parler de ce type de fraude depuis longtemps. Maintenant c'est la réalité. Devons-nous en conclure que le phénomène est très répandu, je n'en sais rien!"