Au moins 50 cheminots exposés à des produits hautement toxiques

Au moins cinquante travailleurs du dépôt central de la SNCB à Gentbrugge ont été exposés à du trioxyde de chrome, un produit hautement toxique. Les premières analyses seraient rassurantes, mais les cheminots devront encore être suivis durant des années.

L'exposition serait survenue lors du ponçage de la peinture d'un modèle vétuste de train, de type MR75. Trois trains avaient été terminés lorsque le problème avec la peinture a été révélé. Les opérations sont à l'arrêt depuis le mois de décembre. Les trains en cause ont été envoyés à Malines, où une cabine a été mise en place spécialement pour les travaux avec des matières dangereuses.

D’après les syndicats, une centaines de cheminots seraient concernés. Ces derniers devront être suivis médicalement pendant des années, car le trioxyde de chrome est nocif sur le long terme de la même manière que l'amiante. Les valeurs autorisées ont été largement dépassées à plusieurs reprises dans l'atelier où l'incident est survenu, selon les mesures réalisées.

Le porte-parole de la SNCB indique que les membres du personnel concernés portaient des vêtements de protection et des masques pendant les travaux. Le risque qu'ils aient ingéré des particules est donc minime, estime-t-il dans les colonnes des quotidiens Het Laatste Nieuws et De Morgen.

D'après les premiers résultats des analyses sanguines effectuées sur les travailleurs concernés, les valeurs autorisées n'ont pas été dépassées, rapporte la SNCB dans un communiqué.