Child Focus met en garde contre le phénomène d'extorsions sexuelles sur mineurs

En 2015, Child Focus a traité 16 dossiers relatifs à des faits de "sextorsion". Un phénomène croissant qui désigne des situations où des ados sont incités par une personne ayant gagné leur confiance à se livrer à des comportements sexuels devant leur webcam ou transmettre des photos compromettantes pour ensuite les menacer de diffuser ces images s'ils refusent de verser une certaine somme d'argent.

"Il s'agit d'un phénomène qui était connu chez les adultes, mais qui s'étend désormais aux mineurs d'âge, plus vulnérables", explique le directeur de la communication de Child Focus, Dirk Depover. "L'an dernier, nous avons constaté un nombre relativement important de plaintes par rapport aux années précédentes", poursuit-il.

Sur Internet et les réseaux sociaux, qui font aujourd'hui partie intégrante de la vie des enfants et des adolescents, les conversations avec des inconnus peuvent facilement prendre une tournure sexuelle.

Pour les jeunes, ces situations peuvent être intrigantes ou flatteuses, si bien qu'ils se laissent prendre au piège.

Dans le cadre de la "journée mondiale pour un Internet plus sûr", ce mardi 9 février, et afin d'informer les adolescents sur ces pratiques punissables, Child Focus a diffusé une petite vidéo, dont l'objectif est de développer l'esprit critique des jeunes, indispensable pour pouvoir gérer les risques des réseaux sociaux et surfer en toute tranquillité.

Parallèlement, l'association lance deux applications sur son site web, "Qui est-ce ?" et "Es-tu hot sur Internet ?", visant à tester l'attitude des jeunes lorsqu'ils rencontrent de nouvelles personnes sur Internet.

Selon une étude récente, relayée par Child Focus, 26,7% des jeunes âgé de 12 à 18 ans ont plus de 200 amis sur Facebook, le réseau social par excellence chez cette tranche d'âge. Et près d'un jeune interrogé sur cinq déclare "être ami" avec des personnes qu'il n'a jamais rencontrées.