Les invendus du marché matinal ne seront plus détruits

Les centaines de kilos de fruits et légumes frais invendus auprès des marchands du marché matinal de Bruxelles ne seront plus détruits mais récupérés et distribués aux démunis. Pour le CPAS de Bruxelles et Mabru (Marché Matinal de Bruxelles) c’est une façon de lutter contre le gaspillage.

"Nous disposons de nombreux produits qui ne sont plus assez frais pour être vendus en magasins mais qui peuvent parfaitement être consommés" explique le responsable des commerçants Michel Lefever. "Au lieu de les jeter puis de les détruire nous les distribuons à une banque alimentaire".

Le service Dream (distribution et récupération d’excédents alimentaires à Mabru), inauguré ce mardi matin est le résultat d’une collaboration entre le CPAS de Bruxelles et Mabru et vise à récupérer les fruits et légumes frais invendus auprès des marchands du marché matinal et à les redistribuer à des associations bruxelloises actives dans le domaine de l’aide alimentaire.

Le service mis en place progressivement sur ces trois derniers mois a installé sur le site du marché matinal, quai des Usines, un lieu de tri et de stockage avec des frigos.

Deux employés du CPAS et deux allocataires engagés sous article 60 travaillent sur site. Une trentaine de marchands du marché sur environ 120 donnent actuellement des fruits et légumes frais invendus.

Quelque 25 associations bénéficiaires sont pour l’instant référencées par le CPAS et ont accès au site internet de la bourse aux dons. Une camionnette a été mise à disposition des travailleurs mobilisés par le CPAS pour assurer la livraison des produits. Le service Dream délivre environ une tonne par jour de fruits et légumes frais.

"On est content de valoriser la générosité de nos marchands", a commenté Laurent Nys, directeur général de Mabru. "Cette initiative donne une belle image du marché matinal. Il y a en plus un aspect très pratique. Quand les marchands ne vendent pas, ils jettent, et jeter a un coût financier et logistique."

Sur les deux sites du marché matinal et du centre européen de fruits et légumes (CESL) situé à côté, environ 8.000 tonnes d’invendus sont détruits chaque année. Le projet Dream est amené à s’étendre sur les deux marchés.