La N-VA veut un cours d’intégration obligatoire à Bruxelles

Les nationalistes flamands ont introduit une proposition d’ordonnance en vue d’imposer des cours d’intégration aux personnes étrangères qui s’installent à Bruxelles. D’après la députée Liesbeth Dhaene, la N-VA ne veut pas attendre "que la politique bruxelloise passe enfin à l’acte".

Alors que la majorité bruxelloise vient d’annoncer qu’un cours d’intégration n’interviendrait pas avant le 17 janvier 2017, Liesbeth Dhaene dénonce une "négligence coupable". "Malgré la crise actuelle de l’asile, il n’est toujours pas question d’une intégration obligatoire à Bruxelles. Pourtant, la majorité bruxelloise l’avait annoncée en juillet 2014. C’est irresponsable", a-t-elle déclaré.

Pour la N-VA, la proposition des libéraux francophones du MR, qui forment le plus grand groupe d’opposition au Parlement bruxellois, n’est, elle non plus, pas suffisante. "La proposition du MR ne va pas assez loin. Le parti sanctionne uniquement les nouveaux-arrivants qui ne prennent pas part aux modules du trajet d’intégration, mais il n’est pas demandé au nouvel-arrivant d’atteindre certains objectifs. On ne propose pas non plus de parcours aux mineurs et aux enfants qui parlent une autre langue, ce qui est bien le cas en Flandre, où les cours d’intégration existent depuis plus de dix ans".

"La N-VA plaide pour une proposition dans le cadre de laquelle les nouveaux-arrivants n’ont pas uniquement des droits mais aussi des devoirs, et qui relève d’une collaboration entre la Flandre et la COCOF. Plutôt aujourd’hui que demain !", conclut Liesbeth Dhaene.