Jambon promet une surveillance renforcée des sites nucléaires

Après l’annonce de la découverte d’une bande vidéo dans le cadre du volet belge de l’enquête sur les attentats de Paris - qui indique que des suspects épiaient un patron du secteur nucléaire -, le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (photo) a déclaré ce jeudi qu’il n’y a pas d’indication de menace particulière sur les site nucléaires belges. Mais la vigilance va néanmoins y être renforcée.
Aurore Belot

Sur le film vidéo long de plusieurs heures, les allées et venues d'un des responsables du secteur nucléaire belge sont visibles. Au mois de décembre, les autorités compétentes en matière de sécurité nucléaire ont déjà été mises au courant de cette découverte

"L'Organe de Coordination de l'Analyse de la Menace (OCAM) a estimé qu'il y avait une menace sur la personne mais pas sur le site nucléaire. A ce jour, on n'a pas d'indication qu'il y ait une menace spécifique sur les sites nucléaire belges", a déclaré ce jeudi le ministre Jambon (N-VA) à la Chambre, en réponse à des questions des députés Michel de Lamotte (CDH), Jean-Marc Nollet (Ecolo) et Philippe Pivin (MR).

Les services compétents font preuve d'une "vigilance accrue", a ajouté Jan Jambon sans donner davantage de détails.

Depuis les attentats de Paris - et indépendamment de la découverte du film, a précisé le cabinet du ministre -, des mesures particulières de surveillance des sites nucléaires sont en préparation. Le futur Corps de sécurité, dont la création a été annoncée à la fin de l'an dernier, sera chargé, entre autres choses, de cette mission. En attendant, la tâche incombe toujours aux polices locales.

La semaine prochaine, le ministre de l’Intérieur proposera au gouvernement fédéral de dégager des moyens supplémentaires pour les assister. "Le secteur nucléaire est un des secteurs les mieux protégés", a encore affirmé le ministre.