Fusion entre Imec (Louvain) et iMinds (Gand)

Les instituts de recherche flamands iMinds à Gand (Flandre orientale) et Imec à Louvain (Brabant flamand) vont fusionner. Cette fusion devrait aboutir à la création d’un acteur mondial en matériel high-tech, en fait iMinds devient une unité opérationnelle d’Imec. L'ambition est de créér une Silicon Valley flamande.

Imec installlé à Louvain (Brabant flamand) s’occupe de puces électronique alors que iMinds installé à Gand est spécialisé dans le software.

Les conseils d’administration des deux sociétés ont approuvé vendredi le projet de fusion. Dans une phase ultérieure ce projet d’intention sera transformé en un protocole de fusion.

Cette fusion va permettre d’associer l’institut de recherche louvaniste Imec et ses 2.500 originaires de 70 pays avec le savoir-faire d’un millier de chercheurs d’iMinds.

"Il ne s’agit pas d’une reprise d’iMinds par Imec" souligne Luc Van den hove, directeur-général d’Imec. "Mais d’une extension, iMinds deviendra une unité opérationnelle d’Imec et continuera à fonctionner depuis Gand. "Nous allons combiner les meilleurs des deux" ajoute Luc Van den hove.

"Placer la Flandre sur la carte du monde"

"Avec cette fusion, nous voulons placer la Flandre sur la carte du monde," a déclaré de son côté Danny Goderis, directeur-général d’iMinds.

"L’ambition est claire, rassembler 3.500 chercheurs de pointe originaire de plus de 70 pays avec un "écosystème" d’entreprises flamandes et de starters. Nous voulons un impact régional maximal".

Le but est de fonctionner comme une seule organisation d’ici fin 2016. Le chiffre d’affaires d’Imec était de 430 millions l’an dernier et celui de iMinds de 58 millions.

L’an dernier Imec avait obtenu 48 millions d’euros du gouvernement flamand, iMinds 28 millions d’euros. Philippe Muyters (N-VA), ministre flamand de l’Innovation a annoncé que le gouvernement flamand allait octroyer un subside supplémentaire de 1,5 millions pour la nouvelle société en plus de 1,5 millions promis.