Les enfants en Flandre sont heureux

Les enfants des trois dernières années d’école primaire interrogés se disent heureux et se classent entre 8,2 et 10 sur 10 sur l’échelle du bonheur. Un peu plus de 8% des enfants questionnés s’estiment néanmoins insuffisamment heureux. C’est ce qui ressort d’une étude menée par la province du Brabant flamand, en collaboration avec la province anversoise et l’Université d’Anvers, et rapportée ce lundi par le quotidien De Morgen. A noter que des facteurs comme la composition du ménage ou la langue parlée à la maison semblent avoir peu d’influence sur le jugement des écoliers sondés.

Les chercheurs ont interrogé 5.091 écoliers des 4e, 5e et 6e années primaires dans 69 écoles en Brabant flamand sur leur bien-être à et en-dehors de l’école.

"Nous vivons dans un pays où la qualité de vie est élevée et où les enfants ont beaucoup de possibilités de s’épanouir", explique le psychologue Patrick Luyten de l’Université Catholique de Louvain (KU Leuven). "On le constate au nombre élevé d’enfants qui se décrivent comme ‘très heureux’".

L’étude a également constaté que les enfants n’effectuent pratiquement pas de lien entre le sentiment de bonheur et des facteurs familiaux, comme par exemple la langue parlée à la maison ou une éventuelle séparation de leurs parents.

"Cela va à l’encontre de notre intuition, et cela nous réconforte un peu", commente pour sa part le sociologue Guido Van Hal de l’Université d’Anvers. "Les enfants ne sont pas responsables pour le divorce de leurs parents. Il est donc positif qu’ils ne semblent pas trop en souffrir".

Parmi les enfants questionnés, 427 se sont donné 5 sur 10 ou moins sur l’échelle du bonheur - alors que la majorité s’étaient donné une note allant de 8,2 à 10 sur cette même gradation. Pour Patrick Luyten, ceci s’explique partiellement par des facteurs génétiques et partiellement par des facteurs sociaux. Les enfants qui sont victimes de harcèlement moral sont souvent moins heureux, comme on peut l’imaginer. Mais la peur d’un échec joue également un rôle important sur le sentiment de bonheur d’un enfant.