Microsoft épaule le Centre pour la cybersécurité

Le Centre pour la cybersécurité en Belgique (CCB) vient de conclure un contrat avec le géant américain Microsoft pour retracer tous les ordinateurs, tablettes et smartphones qui ont été infestés par un virus dans le pays. L’information est rapportée ce mardi par les quotidiens De Tijd et L‘Echo, et a été confirmée à la VRT. Un "grand nettoyage" est prévu pour octobre, a-t-on indiqué au CCB.
RU

D’après certaines sources, des centaines de milliers d’ordinateurs auraient été infestés par un virus en Belgique. Ils sont alors souvent utilisés en grand nombre par des pirates pour attaquer des sites internet. Ces derniers deviennent ensuite inaccessibles pendant un certain temps. Et tout cela se passe souvent sans que l’utilisateur ne s’en rende compte.

Le Centre pour la cybersécurité, érigé pendant l’été 2015, prévoit "un grand nettoyage" en octobre prochain. Pour y parvenir, il vient de conclure un contrat avec Microsoft. Le géant américain de l’informatique pourra fournir au Centre pour la cybersécurité des données sur tous les ordinateurs localisés en Belgique qui ont participé à des attaques à travers le monde, précisait Miguel De Bruycker qui dirige le CCB.

L'objectif sera ensuite d'utiliser ces données pour identifier les propriétaires des ordinateurs en question, les prévenir et les inciter à mieux se protéger.

Les conditions financières du contrat avec Microsoft n'ont pas été dévoilées. Le CCB insiste par ailleurs sur le fait que la décision de travailler avec l'entreprise américaine avait été prise avant les récentes attaques.

Ces derniers jours, plusieurs sites internet d’autorités en Belgique ont en effet été attaqués par des pirates. Il s’agissait notamment du site du Premier ministre Charles Michel, de ceux du ministère de la Défense, du Sénat, du Centre de crise des Affaires Intérieures et de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).