Banque et vente d’œuvres d’art pour soutenir le secteur culturel ?

Pour soutenir le secteur culturel à court terme, le ministre flamand de la Culture envisage un système mixte de fonds publics et privés. Dans le Livre blanc qu’il vient de réaliser, Sven Gatz (photo) propose ainsi notamment la création d’une Banque qui allouerait des microcrédits ou octroierait des prêts à de plus petits projets culturels. Il veut aussi introduire une règlementation pour la vente d’œuvres d’art, à l’image de celle qui existe déjà aux Pays-Bas.

Dans le cadre des mesures d’économies introduites par le gouvernement flamand de Geert Bourgeois, les subsides au secteur culturel ont dû être nettement rabotées. Le ministre de la Culture, Sven Gatz (Open VLD), avait rapidement laissé entendre qu’il souhaitait chercher d’autres sources de financement pour la culture. Il a donc fait réaliser un Libre blanc reprenant toutes les sources alternatives de financement pour son secteur.

"L’étude a donné lieu à l’élaboration d’un menu, duquel nous pourrons choisir certaines idées", expliquait le ministre ce mercredi matin dans l’émission "De Ochtend" de la VRT. "Je voudrais proposer certaines choses au secteur culturel".

Sven Gatz songe ainsi notamment à une Banque pour la culture (Cultuurbank). A l’heure actuelle, il existe déjà le fonds d’investissement Cultuurinvest auprès de la Société de participation pour la Flandre (PMV), qui fournit du capital ou des prêts pour de grosses productions culturelles. La Cultuurbank pourrait - dans le giron de la PMV - allouer des microcrédits ou des prêts pour de plus petites productions.

"Les artistes pourraient emprunter auprès de cette banque, avec des intérêts très bas". De petits projets artistiques pourraient ainsi obtenir un prêt sans intérêt à hauteur de 7.000 euros. Les projets de taille moyenne obtiendraient un prêt de 7.000 à 100.00 euros pour un taux d’intérêt modéré.

Pour guider les artistes et les organisations culturelles dans leurs démarches administratives et juridiques, le ministre veut étendre les activités de l’actuel Guichet pour les arts, pour en faire un Guichet pour la culture, qui englobe réellement tout le secteur.

Chris Stessens

Stimuler la vente d’œuvres d’art

Sven Gatz souhaite également élaborer des règles en matière de vente d’œuvres d’art, comme cela existe déjà aux Pays-Bas depuis 1997. Les amateurs d’art pourront ainsi acheter dans des galeries reconnues des œuvres datant d’après 1945, sur base d’un emprunt sans (beaucoup) d’intérêts.

"Nous n’inventons sans doute rien de spécial dans ce domaine, mais ce système permettrait de vendre quelques centaines d’œuvres de jeunes artistes chaque année. Cela aiderait financièrement les artistes, et cela permettrait aux particuliers qui n’ont pas beaucoup d’argent d’acheter eux aussi une œuvre d’art".

La Banque de la culture et la règlementation pour la vente d’œuvres d’art pourraient être opérationnelles dès le début de l’an prochain.

"Je suis pragmatique", déclarait Sven Gatz à la VRT. "Si le gouvernement ne peut financer seul le secteur culturel, je voudrais que le secteur privé puisse aussi y contribuer. Je ne fais que créer des possibilités fiscales".

Et le ministre Gatz de souligner : "Le gouvernement a encore toujours le devoir de financer la culture avec des fonds publics. Les subsides publics ne disparaitront pas. Les fonds privés ne viendront que s’y ajouter. Je pense qu’il est bon d’avoir un système mixte. Il faut libérer davantage de fonds publics, mais il est bon aussi de permettre aux gens qui ont de l’argent de l’investir dans la culture".