Enseigner plus de néerlandais en Flandre française ?

La Fédération des langues germaniques en France s’est fixé pour objectif pour ces prochaines années d’encourager la culture et la langue néerlandaises en Flandre française, comme elle avait promu l’allemand en Alsace il y a environ 25 ans. Le néerlandais doit être mieux mis en valeur dans les médias, le secteur culturel et les écoles, estime la Fédération qui donnait ce samedi une conférence de presse à Dunkerque.

"Nous voulons une meilleure reconnaissance du néerlandais et du flamand dans la région du Nord-Pas-de-Calais, une plus forte visibilité par exemple dans les médias et le monde culturel, et bien sûr des cours de néerlandais à l'école", a souligné Monique Matter, la présidente de la Fédération des langues germaniques en France, lors de la conférence de presse à Dunkerque.

Cette volonté de promouvoir la langue de Vondel dans le Nord-Pas-de-Calais fait écho à une initiative similaire menée par cette même Fédération en 1989 en Alsace, afin d'y promouvoir et protéger la langue allemande et les différents dialectes locaux. Avec succès.

L'association y est en effet même parvenue à insérer l’étude de l’allemand dans les programmes des cours pour les élèves qui le souhaitent, et ce de la maternelle jusqu'au supérieur. Vingt-sept mille élèves alsaciens suivent ainsi aujourd'hui des cours d'allemand sur base volontaire.

HOUIN / BSIP

Avantages touristiques et économiques aussi

La Fédération des langues germaniques ambitionne de reproduire ce succès dans le Nord-Pas-de-Calais, mais pour le néerlandais cette fois. Elle entend ainsi soutenir les quelques initiatives de promotion du néerlandais déjà existantes en Flandre française, mais surtout les développer davantage.

Pour les initiateurs du projet, l'enjeu est surtout culturel et touristique, mais aussi économique. "En Flandre occidentale, les entreprises peinent à trouver de la main-d’œuvre, alors que dans le Nord de la France, il y a beaucoup de jeunes diplômés qui ne trouvent pas de travail...", souligne Henri Vaassen, professeur de néerlandais à Dunkerque.

La connaissance du néerlandais pourrait donc aider ces diplômés français à trouver du travail de l’autre côté de la frontière, en Flandre.