Geens cherche des tuteurs pour 900 mineurs non accompagnés

Plus de 5.000 réfugiés mineurs d’âge sont arrivés en Belgique l’an dernier non accompagnés. C’est près de trois fois plus qu’en 2014. Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) lance un appel aux tuteurs, car ces jeunes ont besoin d’un représentant légal. Lors d’une visite de travail aux tuteurs qui sont déjà actifs en Brabant flamand, le ministre (photo) a précisé vendredi soir à Kampenhout qu’il faut encore des représentants légaux pour 900 jeunes étrangers.

"Le tuteur peut faire la différence pour les enfants en situation de vulnérabilité et les jeunes dans le besoin", explique le service public fédéral Justice. Cette personne assiste le jeune dans ses démarches administratives et juridiques, veille à son bien-être général et contribue à lui offrir une perspective d'avenir.

Pour devenir tuteur, aucun diplôme spécifique n'est requis. Il importe surtout d'être motivé et disponible, dit le SPF Justice. La connaissance de la problématique des mineurs étrangers non accompagnés (MENA), ainsi que des besoins de ces mineurs sont des atouts, tout comme des aptitudes sociales. Les tuteurs déjà agréés devront suivre une formation obligatoire afin d'être parfaitement informés.

"Non seulement vous aidez un enfant de façon fondamentale, mais vous apprenez aussi énormément sur la procédure d'asile et la politique mondiale", témoigne l'actrice flamande Lien Van de Kelder, désignée en tant que tutrice après une formation de cinq jours. "Je dispose personnellement d'un bagage juridique et c'est utile, mais ce n'est pas indispensable. C'est une expérience vraiment enrichissante dans la vie."

Au total, 5.047 MENA se sont signalés l’an dernier en Belgique, contre 1.780 en 2014. Ce sont en majorité des garçons (89%) et 58% de ces mineurs ont entre 16 et 18 ans. Ils sont principalement originaires d'Afghanistan, de Syrie, de Somalie et d'Irak.

Au cours des six derniers mois, le nombre de tuteurs est passé de 240 à 300 en Belgique. Ensemble, ils assistent 2.600 jeunes non accompagnés. Quelque 900 autres jeunes réfugiés attendent encore d'avoir un tuteur ou une tutrice. 

Séances d'information

Pour répondre à toutes les questions des candidats tuteurs, deux séances d'information seront organisées à Bruxelles les 11 mars et 8 avril.

Les personnes intéressées peuvent envoyer un courriel à tutelles@just.fgov.be.