Encore 117.000 armes qui ont "disparu" en Belgique

Dix ans après l’introduction de la loi sur les armes, en 2006, quelque 647.388 d’entre elles ont été enregistrées au registre central, indiquent les chiffres publiés ce lundi par le service public fédéral Justice. Mais il reste 117.000 armes qui n’ont pas été rendues ni détruites et ont donc disparu dans la nature. D’après le ministère, il est impossible de déterminer combien de ces armes constituent encore un réel danger.
AP2013

En 2006, après le raid mortel de Hans Van Themsche à Anvers, la loi sur les armes avait été renforcée. Une amnistie avait été décrétée dans la foulée, au cours de laquelle une autorisation pouvait être demandée ou les armes devaient être rendues.

Avant l'entrée en vigueur de cette nouvelle loi, la Belgique comptait 889.937 armes enregistrées. Dix ans plus tard, elles ne sont plus que 647.388 reprises dans le registre central. Durant la période d'amnistie, 125.000 armes ont été rendues et détruites. Il reste donc 117.000 armes dans la nature.

Selon le service public fédéral Justice, diverses raisons peuvent expliquer le fait qu'autant d'armes soient "manquantes". Certaines d'entre elles ont été perdues ou ne fonctionnent plus. D'autres pourraient réapparaître en cas d'un assouplissement de la loi, alors que l'accord de gouvernement prévoit une nouvelle période d'amnistie. Le ministre de la Justice, Koen Geens (photo), a laissé entendre l’an dernier que son administration a préparé les textes nécessaires à cet effet.

En 2015, quelque 27.176 autorisations ont été délivrées, un nombre en partie neutralisé par les armes revendues, volées ou pour lesquelles l'autorisation a été retirée.

Entre 2006 et 2015, quelque 44.769 armes ont par ailleurs été déclarées perdues ou volées. Certaines d'entre elles ont clairement été cachées par leur propriétaire, indique encore le SPF Justice.