La Belgique s’engage pour une navigation plus durable

La Belgique a signé à Londres, auprès de l’Organisation maritime internationale, deux conventions destinées à rendre sa navigation davantage durable et respectueuse de l’environnement marin, indiquent le Secrétaire d’Etat à la Mer du Nord, Bart Tommelein, et le service public fédéral Mobilité et Transports.

La "Convention internationale de Hong Kong pour le recyclage sûr et écologiquement rationnel des navires" a été signée par la Belgique à Londres, ainsi que la "Convention Internationale pour le Contrôle et la Gestion des Eaux de Ballast et Sédiments des Navires" ou "Convention BWM", indique le Secrétaire d'Etat à la Mer du Nord Bart Tommelein.

La convention pour le recyclage des navires vise la prise en compte dès la construction "de la totalité du cycle de vie d'un navire", "en écartant ou limitant l'utilisation de substances potentiellement dangereuses" dès sa phase de conception, précise le service public fédéral Mobilité et Transports. Cela "favorise un recyclage sûr et écologiquement rationnel des navires en fin de vie".

La Belgique est le quatrième Etat à signer cette convention. Celle-ci entrera en vigueur "lorsqu'elle sera ratifiée par 15 États dont les flottes marchandes représentent 40% du tonnage brut de la flotte mondiale des navires de commerce et dont le volume annuel maximal de recyclage représente au total au moins 3% du tonnage brut de l'ensemble des flottes marchandes", rappelle le service Mobilité et Transports.

La Convention BWM vise quant à elle à éviter la dégradation du milieu marin par les eaux situées dans les réservoirs d'un navire et qui servent à le garder stable. Des organismes aquatiques dommageables peuvent s'y trouver. Selon Bart Tommelein (photo), "une bonne gestion des eaux de ballast et des contrôles suffisants à ce sujet sont essentiels".