La Turquie a intercepté 60 candidats belges au djihad

En marge d’une visite à Ankara ce mercredi (photo), le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) a affirmé que la Turquie avait déjà arrêté et renvoyé en Belgique, depuis 2012, une soixantaine de candidats au djihad en Syrie. Le ministre n’a pas précisé combien de ces combattants tombaient sous le coup de la loi.

Le ministre de l’Intérieur Jambon a rencontré ce mercredi à Ankara son homologue turc, Efkan Ala, avec l'objectif de renforcer la coopération policière et en matière de lutte contre le terrorisme.

Les deux ministres ont convenu de l'envoi d'un officier de liaison turc à Bruxelles, en guise de réciprocité à la présence d'un officier belge à Ankara depuis 1996.

La Belgique a aussi obtenu de la Turquie un droit de regard sur une "liste noire" comprenant les noms de 1.224 personnes séjournant sur son territoire et interdits de séjour par Ankara. "Nous allons maintenant regarder en fonction de quels critères ces gens y figurent", a affirmé Jan Jambon (photo).

Les autorités belges ont pour leur part connaissance de quelque 400 cas de personnes radicalisés parties en Syrie à un moment ou un autre, dont certaines sont revenues au pays.

Selon le ministre belge, la Turquie a intercepté et renvoyé en Belgique une soixantaine de candidats au djihad au sein du groupe terroriste Etat Islamique (EI), un fait désormais punissable aux yeux de la loi belge. Jan Jambon n'a cependant pas précisé combien des quelque 60 personnes interceptées tombaient sous le coup de la loi.