Izegem cherche des copains pour les réfugiés allophones

La commune de Flandre occidentale (photo) recherche des citoyens qui acceptent d’accompagner les réfugiés dès leur arrivée à Izegem et qui les aident à se construire une nouvelle vie. Les demandeurs d’asile sont notamment handicapés par le fait qu’ils ne parlent pas le néerlandais.

Sur le plan des procédures à suivre pour mener à bien une demande d’asile, les réfugiés sont aidés par le centre public d’aide social à Izegem, comme dans beaucoup d’autres communes belges qui accueillent des réfugiés. Mais sur le plan pratique - comme la recherche d’un logement, d’un travail, d’activités de temps libre, mais aussi les formalités administratives - les nouveaux-venus sont souvent très démunis. Notamment parce qu’ils ne parlent pas le néerlandais.

Des "buddies" - ou "copains" en français - peuvent donc jouer un rôle important pour faciliter la vie et l’intégration des allophones. Ces bénévoles auront des contacts réguliers avec les réfugiés et les aideront, par exemple, à apprendre et pratiquer le néerlandais, à s’inscrire dans un club sportif ou une chorale locale.

Izegem prévoit d’accompagner les candidats copains dans leur engagement social. La commune possède actuellement 37 places d’accueil. Un tiers des nouveaux-venus sont des hommes seuls, le reste des familles.

D’après les plans de répartition du Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken, Izegem devrait créer d’ici peu encore 9 places d’accueil supplémentaires.