Moins d’alcool et de cigarettes, mais plus d’embonpoint

Si l’on en croit une étude de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les jeunes Flamands fument et boivent moins que par le passé, mais ils souffrent plus souvent d’excès de poids. Ils rechignent aussi davantage que d’autres jeunes Européens et Nord-Américains à utiliser le préservatif lors de rapports sexuels. Des différences nettes se marquent aussi entre les classes socio-économiques.

Les jeunes boivent et fument de moins en moins. On l’a déjà souvent constaté, mais cette tendance vient d’être confirmée par le nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la santé, qui était présenté ce mardi.

Concrètement, quelque 10% des jeunes Flamands âgés de 15 ans avouent fumer au moins une fois par semaine. C’est nettement moins qu’il y a quelques années. Ainsi, en 2006, environ 18% des jeunes affirmaient fumer de façon hebdomadaire.

La consommation d’alcool a également nettement diminué en Flandre. Ainsi, quelque 11% des jeunes filles de 15 ans, et 18% des jeunes garçons du même âge boivent de l’alcool à un rythme hebdomadaire. Il y a 10 ans, le double de filles et plus du double des garçons consommaient de l’alcool chaque semaine.

La diminution de la consommation de boissons alcoolisées et de cigarettes se présente aussi dans d’autres pays étudiés par l’OMS, indiquait Bart De Clecq de l’Université de Gand, qui a rassemblé les chiffres pour la Flandre. "Nous constatons aussi des différences inégales. Le comportement à risque est plus courant chez les jeunes garçons, mais dépend aussi du statut socio-économique".

Un poids trop élevé

Si les jeunes Flamands se montrent plus raisonnables en matière de boissons alcoolisées et de consommation de la cigarette, en revanche ils peuvent faire mieux dans le domaine de l’alimentation. Un nombre croissant de jeunes Flamands souffrent en effet de surpoids. C’est le cas pour 13% des filles et 18% des garçons.

Ici aussi, le facteur socio-économique joue un rôle. "Nous constatons que les maladies typiques de la prospérité - comme l’obésité - vont toujours de pair avec un manque de connaissances et la manière de s’en sortir", précise Bart De Clercq. "'Beaucoup dépend aussi de contexte culturel, des habitudes prises au sein de la famille".

Les chiffres montrent notamment que les sodas, très sucrés, sont très appréciés par les jeunes Flamands. Quelque 37% de tous les garçons de 15 ans boivent tous les jours une boisson rafraichissante. Chez les filles le pourcentage est de 28%. La Flandre se situe ainsi à la sixième place. La Wallonie est encore moins bonne élève, avec une deuxième place.

ADAM GAULT/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Rapports sexuels protégés ?

L’étude indique enfin que les jeunes Flamands rechignent encore toujours davantage que les autres jeunes d’Europe et du Nord de l’Amérique à mettre un préservatif lors de rapports sexuels. Alors que les jeunes Flamandes se distinguent en prenant régulièrement la pilule, les résultats sont nettement moins rassurants pour l’utilisation du préservatif.

Seule la moitié des jeunes filles en Flandre âgées de 15 ans indiquent mettre un préservatif lors de rapports sexuels. Parmi les garçons de cet âge-là, ils sont 64% à se protéger.

GODONG / BSIP

L’étude "Health Behaviour in school-aged children" est réalisée tous les quatre ans, auprès de 220.000 élèves de 11, 13 et 15 ans provenant de 42 anciens pays ou Régions de l’Europe.

Elle sonde notamment le degré de satisfaction des jeunes à propos de leur vie, leur santé.