La France va demander l’extradition de Salah Abdeslam

Trois suspects, dont Salah Abdeslam, suspect clé des attentats meurtriers de novembre à Paris, ont été arrêtés vendredi à Bruxelles, a confirmé dans la soirée le Premier ministre belge Charles Michel. Lors d’une conférence de presse donnée conjointement, le président français François Hollande a déclaré s’attendre à ce que la Belgique extrade le terroriste présumé "le plus rapidement possible" vers la France.

"Nous avons arrêté Salah Abdeslam, trois suspects ont été arrêtés", a annoncé Charles Michel. Le Premier ministre et le président français étaient flanqués des principaux représentants des autorités judiciaires, policières et du renseignement belges, réunis au 16 rue de la Loi.

Les deux hommes se sont réjouis de l'arrestation de Salah Abdeslam et se sont félicités de la bonne coopération entre les deux pays, au niveau policier, judiciaire et du renseignement.

M. Hollande a nié qu'il y ait eu la moindre tension après les événements de Paris même si certaines déclarations sur les attentats préparés et organisés en Belgique avaient pu le laisser penser. "Il n'y a pas eu de tension" hormis celle "du drame et de la tragédie", a dit le président de la République.

Le Premier ministre et le président étaient flanqués des principaux représentants des autorités judiciaires, policières et du renseignement belges.

Vers une extradition de l’ennemi public numéro 1

Le président français François Hollande s'attend à ce que la Belgique extrade "le plus rapidement possible" vers la France Salah Abdeslam, arrêté à Bruxelles après quatre mois de cavale.

"Salah Abdeslam était sous le coup d'un mandat d'arrêt européen. Je ne doute pas que les autorités judiciaires françaises vont adresser très vite une demande d'extradition" et "que les autorités belges y répondront le plus favorablement possible, le plus rapidement possible", a déclaré M. Hollande.