Le testament de la mère de Rubens découvert à Gand

Un historien amateur de 73 ans a trouvé par hasard, dans les archives d’Etat à Gand (Flandre orientale), un document jusque-là inconnu. Dans son testament datant de 1583, la mère de Pierre Paul Rubens - Maria Pijpelinckx - exprime le souhait qu’un de ses fils reprenne son commerce de laine. Une information rapportée par la télévision régionale flamande AVS.

Comme l’indiquait un message posté sur Facebook (voir ci-dessous) par les Archives d’Etat, Willy Stevens (73 ans) se passionne depuis l’âge de 16 ans pour l’étude d’archives. Il y a plus de 40 ans, il se rendait aux archives d’Etat de Gand et depuis lors il y est un visiteur régulier. Il s’y trouve au moins une fois par semaine.

Ces derniers temps, il cherchait des informations pour un livre sur l’histoire locale de Vinderhoute, une commune rattachée de Lovendegem.

Au début du mois de février dernier, il découvrait par hasard une liasse de documents provenant d’un notaire anversois de la fin du 16e siècle, qui aurait dû en fait se trouver dans les archives d’Etat d’Anvers-Beveren. Parmi ces documents, figurait un projet de testament de Maria Pypelinckx, qui n’était autre que la mère du peintre baroque Pierre Paul Rubens (autoportrait), né à Siegen en 1577 et décédé à Anvers en 1640.

Elle fit établir son testament en 1583, alors qu’elle était très malade. Pijpelinckx s’inquiétait surtout pour ses biens mobiliers et immobiliers, et exprimait le souhait que son fils aîné Jan Baptist reprenne son commerce de laine et se spécialise dans ce domaine.

Les experts des archives gantoises se sont concertés avec leurs collègues du Centrum Rubenianum, pour connaître la valeur de la découverte de Willy Stevens. Ils estiment en tous cas que c’est "un beau complément à l’histoire de famille de Rubens", au sein de laquelle Jan Baptist est peu connu.

Le testament sera à présent restauré, avant d’être envoyé aux archives d’Anvers-Beveren.

Exposition "De Floris à Rubens"

Les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique proposent encore jusqu'au 15 mai prochain une exposition de dessins de maîtres issus de la collection d'un particulier, Belge et anonyme. Baptisée "De Floris à Rubens", elle présente 87 dessins de maîtres flamands et hollandais, du 16e au 17e siècles, qui n'ont encore jamais été montrés au public.

Parmi les feuilles présentées se trouvent des esquisses rares de maîtres tels que Frans Floris (photo archives), Pierre Paul Rubens, Jordaens ou Erasme Quellin, qui ont servi de modèle pour des gravures, des tableaux, vitraux ou tapisseries.