Les informations sur les frères El Bakraoui ne provenaient pas du FBI

Nouveau rebondissement dans la saga sur les informations concernant les antécédents criminels des deux frères auteurs des attentats-suicides à l’aéroport international de Bruxelles et dans la station de métro Maelbeek. D’après le ministre néerlandais de la Justice Ard Van der Steur, les données ne provenaient pas du FBI, mais bien de la NYPD, le service de police de New York.

Mardi, le ministre néerlandais de la Justice a signalé que les Pays-Bas avaient reçu des informations sur le passé criminel des frères El Bakraoui six jours avant les attentats de Bruxelles. Le document obtenu par les autorités néerlandaises indiquait notamment que les deux hommes étaient recherchés par la Belgique. D’après le gouvernement belge, aucune information concernant une menace terroriste ne leur a toutefois été transmise par les Pays-Bas.

Ce mercredi, Ard Van der Steur a admis que l’information en question ne provenait pas du FBI, mais bien d’un autre service américain de renseignement, la division de police de New York (NYPD). D’après le ministre, l’information a été envoyée aux Pays-Bas "selon la procédure d’usage" sans que la source ne soit mentionnée, ce qui expliquerait pourquoi les autorités ont supposé qu’elle avait été envoyée par le FBI.

Van der Steur a souligné que le contenu de l’information demeurait toutefois correcte. Il compte à présent tenter de savoir pourquoi la NYPD a transmis ces données aux Pays-Bas.

Cherchez l'erreur

Aux Pays-Bas, le parlement a demandé hier des explications au gouvernement néerlandais. Les députés désiraient notamment savoir pourquoi les autorités néerlandaises ne savaient pas qu’Ibrahim El Bakraoui était un djihadiste alors qu’il avait atterri l’année dernière à l’aéroport néerlandais de Schiphol, en provenance de la Turquie.

Pour l’opposition, les autorités auraient dû sonner l’alarme, car une grande majorité des expulsions de la Turquie sont liées à la mouvance terroriste. Aux yeux des libéraux de gauche, la communication internationale et la collaboration européenne ont en outre connu d’importants ratés.

La situation est toujours loin d’être claire. Hier encore, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte expliquait que la Belgique avait elle-même transmis les informations sur les frères El Bakraoui au FBI, et que les Pays-Bas n’avaient donc pas estimé qu’il était nécessaire de les retransmettre à la Belgique. De son côté, la police judiciaire fédérale belge avait démenti ces déclarations.