Critiques et négociations autour de la sécurité de l’aéroport de Bruxelles

Les syndicats de la police aéroportuaire ont mené une action vendredi pour réclamer davantage de sécurité. De leur côté, les syndicats du personnel de Brussels Airport ont également manifesté leur préoccupation et pointé du doigt le gouvernement. Ce dernier a indiqué attendre un résultat positif de la concertation entre les syndicats et le cabinet du ministre de l'Intérieur avant de décider d'une éventuelle réouverture de l'aéroport national de Bruxelles.

Les syndicats de la police aéroportuaire ont mené une action vendredi pour réclamer davantage de sécurité. De leur côté, les syndicats du personnel de Brussels Airport ont également manifesté leur préoccupation et pointé du doigt le gouvernement. Ce dernier a indiqué attendre un résultat positif de la concertation entre les syndicats et le cabinet du ministre de l'Intérieur avant de décider d'une éventuelle réouverture de l'aéroport national de Bruxelles.

A l’heure actuelle, l’aéroport de Zaventem est "techniquement prêt" pour une reprise partielle des vols passagers, après le feu vert reçu jeudi des services de pompiers et de la Direction générale du Transport aérien (DGTA). Mais les syndicats de policiers ont agité jeudi soir la menace d'une grève en cas de réouverture de l'aéroport sous le dispositif de sécurité actuel.

La principale revendication des syndicats policiers est une garantie de contrôle systématique de tous les passagers et leurs bagages à l'entrée du hall des enregistrements. Mais d’après Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport, "il est apparu durant les tests que cela provoquait trop de files et que seules 200 personnes pouvaient entrer par heure dans le bâtiment".

La réouverture de Zaventem dépendra de la concertation avec les syndicats

D’après le vice-Premier ministre CD&V Kris Peeters, le gouvernement attend désormais un résultat positif de la concertation entre les syndicats et le cabinet du ministre de l'Intérieur avant de décider d'une éventuelle réouverture de l'aéroport national de Bruxelles.

Kris Peeters s’exprimait à l'issue d'un conseil national de sécurité, qui a rassemblé ce midi différents ministres et les services de police et de renseignement. Les participants se sont penchés durant trois heures sur la question. A leur sortie, plusieurs ministres ont rappelé l'impératif de sécurité qui prévalait sur les autres.

Au cours de la réunion, les syndicats du personnel de Brussels Airport ont également manifesté leur préoccupation à l'égard de la sécurité et pointé du doigt le gouvernement qui, selon eux, n'a pas pris en compte les doléances qu'ils expriment depuis longtemps.

Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, se trouve pour le moment à Washington où il participe au sommet sur la sécurité nucléaire. Dans une interview accordée depuis les Etats-Unis à la radio Bel-RTL, il a affirmé "comprendre les soucis" qu'ont les policiers de l'aéroport de Bruxelles-National en matière de sécurité après l'attentat-suicide du 22 mars, tout en insistant sur la reprise du "service qu'un Etat moderne doit donner".