L’action des camionneurs s’étend à la Flandre et Bruxelles

Les blocages organisés depuis vendredi dernier, essentiellement sur des autoroutes et dans des zonings industriels en Wallonie, par des chauffeurs de poids lourds protestant contre l’introduction de la taxe kilométrique au 1er avril, se sont étendus ce mercredi matin à la Flandre. En fin de matinée, un groupe de camions prenait aussi la direction de Bruxelles (photo principale). Leur action se terminait cependant vers midi.

Les chauffeurs routiers qui avaient mené ce mercredi matin une action de ralentissement du trafic sur l’autoroute E40 vers Gand (Flandre orientale) - bloquant temporairement deux bandes de circulation à hauteur de Ternat (Brabant flamand) - avant de quitter l'autoroute à hauteur d’Affligem sont ensuite remontés sur cette autoroute, mais dans l’autre sens. Ils se dirigeaient donc en fin de matinée vers Bruxelles.

Les chauffeurs de poids lourds bloquent une seule bande de circulation sur l’E40 en direction de la capitale. Une file s'était formée à hauteur d'Affligem, selon le Centre flamand du trafic. Mais peu avant 11h, les embarras de circulation étaient assez limités. L'action se terminait d'ailleurs vers midi.

D’après la journaliste Veerle De Vos (VRT), les camions arboraient des banderoles aux initiales de l’UPTR, l’Union professionnelle de transport par route, wallonne.

Des camionneurs bloquaient aussi encore toujours la région de Tournai (Hainaut) ce mercredi matin. La circulation reste très difficile, les routiers bloquant l'échangeur autoroutier de Froyennes-Marquain. Des barrages filtrants ont également été disposés au zoning industriel d'Orcq et au zoning commercial de Froyennes. Certains axes ont cependant été libérés.

A la frontière franco-belge, un barrage filtrant a été disposé le long de la chaussée de Douai à La Glanerie (Rumes). Sur l'autoroute Tournai-Lille (A8/E429), l'échangeur était totalement bloqué dans les deux sens de circulation. On enregistrait d'importante files vers et venant de France. Sur l'A8, des barrages ont été placés à hauteur de Lessines. Le zoning industriel de Ghislenghien (Ath) est également bloqué.

Ben Weyts demande une intervention de la police

Le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts (photo), critique vivement l’action des chauffeurs de camions contre la taxe kilométrique. "Je ne peux pas admettre que l’on bloque et mette en danger d’autres utilisateurs de la route en organisant une sorte de protestation tardive contre une mesure de mobilité correcte", déclarait le ministre.

Il a demandé au ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, de permettre à la police fédérale d’intervenir et de verbaliser les chauffeurs qui participent aux barrages filtrants et actions de ralentissement.

Ben Weyts souligne que "la taxe kilométrique est une mesure correcte qui veille à ce que les camions étrangers payent aussi pour l’utilisation de notre infrastructure, alors qu’actuellement ce sont uniquement les Flamands qui payent". Il rappelle que l’introduction de la taxe est liée à la suppression de la taxe de circulation, et que l’entièreté de la redevance peut être insérée dans l’impôt sur les sociétés.

Kurt Desplenter