"Je veux améliorer la collaboration entre les zones de police"

Le ministre-Président de la région de Bruxelles-Capitale, le socialiste Rudi Vervoort estime qu’on n’échappera pas au débat la fusion des zones de polices bruxelloises. Il reconnaît que les différentes zones de polices devront mieux collaborer à l’avenir et propose une alternative à la fusion avec le ministre-Président comme coordinateur en matière de prévention et de sécurité.

Rudi Vervoort a accordé une interview a plusieurs quotidiens, De Standaard, Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen et La Libre Belgique.

"Lorsque j’entends Charles Michel déclarer qu’il n’a pas de tabou en ce qui concerne la fusion des zones de police de Bruxelles, alors je sais à quoi m’en tenir. Il fait bien sûr référence à la fusion des six zones de police qui est revenue sur la table après les attentats du 22 mars. Les partis flamands réclament la fusion, c’était déjà leur demande au moment de la réforme et de la création des zones".

Mais il s’agit pour Rudi Vervoort d’une solution symbolique. Ce n’est pas parce qu’on fusionne des zones de police que l’on va éviter des attentats. "Chaque fois qu’un problème se pose, on nous ressert la fusion. Mais peut-on pointer du doigt un défaut dans le fonctionnement des zones dans les affaires de terrorisme qui nous occupent ? Certainement pas."

Cela dit le ministre-Président reconnaît que l’on ne pourra pas repousser le débat éternellement. "Au niveau du fédéral, quel est le parti qui peut s’opposer à cela ? C’est le MR car les autres partis sont dans l’opposition".

Rudi Vervoort a donc été interpellé par la petite phrase de Charles Michel lors de leur conférence de presse commune mercredi dernier. Le Premier ministre a en effet déclaré qu’il n’avait pas de tabou sur cette question. "Cette question sera probablement l’un des chapitres de la commission d’enquête sur les attentats", ajoute Vervoort. "On va auditionner un tas de gens et dans les recommandations, on va inscrire cette demande. Je rappelle qu’une loi ordinaire suffit pour fusionner les zones".

C'est une ouverture significative

Le député Hans Bonte (SP.A) estime que "l’ouverture significative" que fait le ministre-Président Rudi Vervoort dans le débat sur les zones de police de Bruxelles doit être utilisée afin de mener immédiatement le débat au Parlement.

Même si Rudi Vervoort n’est pas partisan d’une fusion en une seule zone de police, Hans Bonte reste persuadé qu’une seule structure est nécessaire au niveau régional à la fois pour gérer la prévention et l’organisation de la sécurité.