De plus en plus de jeunes filles aux urgences pour des abus d’alcool

Pour la première fois parmi les jeunes de 12 à 17 ans, le nombre de filles rejoint celui des garçons aux urgences des hôpitaux pour des abus d’alcool. C’est ce qui ressort des chiffres publiés par l’Agence InterMutualiste (AIM). Au total 2.433 mineurs d’âge ont été admis aux urgences en 2014, pour une intoxication alcoolique. C’est davantage que l’année précédente.

En 2014, 47 jeunes entre 12 et 17 ans ont été admis chaque semaine aux urgences après avoir absorber une grande quantité d’alcool en peu de temps (biture express).

Sur 10 000 jeunes (12-17 ans), le nombre de victimes hebdomadaires d’une intoxication alcoolique présumée est passé de 30 en 2008 à 34 en 2014. En chiffres absolus, il s’agit de 2 433 cas pour l’année 2014. En 15 ans, la hausse atteint même 50 %.

Pour la première fois parmi les 12-17 ans, on constate que le nombre de filles rejoint celui des garçons. C’est parmi les jeunes de 17 ans que le phénomène prend des proportions inquiétantes, avec 996 cas, soit 6 % de plus que l’année précédente.

Il est également frappant de constater que la répartition géographique de l’intoxication alcoolique des jeunes correspond malheureusement à la prévalence des cancers liés à l’alcool.

"L’abus d’alcool durant la jeunesse peut provoquer des dommages sérieux", indique le docteur Michiel Callens, expert à l’AIM. "Une intoxication alcoolique chez les jeunes peut même générer des dommages irrémédiables au cerveau. Cela se traduit par une perte définitive de capacités intellectuelles, avec des possibilités d’étude réduites et de moins bons résultats à la clé. Une autre conséquence est la perte de contrôle des émotions et des pulsions. Les jeunes qui commencent à boire tôt vont aussi consommer davantage d’alcool à l’âge adulte."