"Combattre Daesh avec ses propres armes sur internet"

Un groupe de jeunes musulmans anversois veut combattre la machine de propagande de l’Etat islamique/Daesh qui envoie tous les jours des dizaines de milliers de messages à des jeunes sur les réseaux sociaux. "Nous avons attendu une réaction de la part des autorités belges, mais comme elle n’est pas venue nous avons finalement pris l’initiative nous-même" a déclaré un des initiateurs ce jeudi matin lors de l’émission "De ochtend" sur la VRT.
RU

Daesh envoie des milliers de messages par heure dans le monde entier via Twitter. Et ce n’est que le sommet de l’iceberg car le groupe terroriste utilise tous les réseaux sociaux imaginables afin de diffuser sa propagande dans le monde et tenter de recruter des jeunes pour le djihad.

Une équipe de huit jeunes musulmans veut également recruter d’autres jeunes afin de lutter depuis la Flandre contre la propagande de Daesh.

Les initiateurs de ce projet se sont confiés au quotidien Gazet van Antwerpen et expliquent qu’ils veulent tenter de démonter la rhétorique religieuse de Daesh et convaincre les jeunes que leur avenir est ici.

Des volontaires envoient environ 16 messages par semaine. "En Belgique de très nombreux jeunes sont touchés par la propagande de l’Etat islamique" déclare un des fondateurs du mouvement "JihadTegenExtremisme" - Djihad contre l’Extrémisme, ce matin sur Radio 1. Depuis que le leader de l’organisation Sharia4Belgium Fouad Belkacem (photo) a été arrêté, de très nombreux jeunes sont contactés alors qu’ils sont en train de "chatter".

David contre Goliath

Les iniateurs de ce projet ont bien conscience qu’ils se lancent dans un combat de David contre Goliath.

L’idée leur est venue en observant la lutte que mène sur internet le gouvernement américain contre la propagande de Daesh. Ces jeunes musulmans flamands espéraient que le gouvernement belge prendrait aussi une telle initiative mais n’ont rien vu venir. "Nous ne pouvions pas rester sans rien faire et nous avons décidé de prendre nous-même l’initiative", ont-ils confié.

Concrètement ils veulent que les jeunes analysent de manière plus critique le discours de propagande de Daesh et ce en utilisant ses propres armes. "Par exemple, lorsque Daesh diffuse un discours religieux, nous répondons également au niveau religieux et lorsqu’il s’agit d’un discours à connotation sociale nous en faisons de même".

Tous les jeunes bénévoles de "JihadTegenExtremisme" ont un travail à plein temps et mène cette seconde activité en plus. "Certains travaillent dans l’informatique d’autres dans l’enseignement".

Ces jeunes sont encore à la recherche de concepteurs bénévoles pour rejoindre leur équipe qui va développer un contre-récit contre Daesh sur internet.