Le trafic aérien garanti jusque 15 heures au moins

Belgocontrol devrait être totalement opérationnel ce jeudi jusqu'à au moins 15h00, heure du changement d'équipes, a indiqué un porte-parole du gestionnaire belge du trafic aérien.

Brussels Airport tournera également à pleine capacité ce jeudi, les vols annulés étant une conséquence de la grève de mercredi, a affirmé un porte-parole de l'aéroport.

Une action spontanée a éclaté mardi, après l'annonce d'un accord en commission paritaire sur le conflit qui minait le gestionnaire aérien depuis plusieurs mois. Selon Belgocontrol, les membres de la Guilde des contrôleurs aériens, opposés à l'accord social, ont fait savoir qu'ils étaient malades et ne se sont pas présentés à leur poste, ce qui a causé de nombreux retards et annulations de vols mardi et mercredi.

Afin de pouvoir gérer le trafic aérien durant la journée, une équipe de 30 contrôleurs aériens est nécessaire. Ensemble ils peuvent gérer 76 mouvements – atterrissage et décollage – par heure. Par contre si l’équipe n’est pas complète, comme cela s’est produit hier, alors Belgocontrol peut décider de limiter le nombre de mouvements aériens et c’est à cause de cela que certains vols ont été annulés.

Lors d'une réunion mercredi matin, Mme Galant (MR), son collègue de l'Emploi, Kris Peeters (CD&V), et les syndicats CSC-Transcom, CGSP et SLFP ont appelé les contrôleurs aériens de Belgocontrol à reprendre le travail aussi vite que possible "afin de permettre le retour à une capacité complète" du trafic aérien en Belgique, perturbé par une grève sauvage des contrôleurs affiliés à la BGATC.

La ministre a par ailleurs qualifié ce mouvement de "totalement inapproprié" dans la foulée des attentats du 22 mars qui ont touché l'aéroport de Bruxelles-National et le métro bruxellois, faisant 32 morts.

"C'est de nouveau prendre le pays en otage, salir l'image de notre pays", a-t-elle dit.

Elle a rappelé que Belgocontrol avait conclu mardi un projet d'accord social avec le seul syndicat socialiste CGSP-ACOD mais que les deux autres organisations reconnues avaient annoncé ne pas partir en grève en dépit de leur désaccord avec le texte approuvé.