François Bellot désigné nouveau ministre de la Mobilité

Le Mouvement Réformateur (MR) a décidé ce dimanche de proposer le nom de François Bellot (photo principale) au roi Philippe comme successeur de la ministre fédérale de la Mobilité et des Transports, Jacqueline Galant, qui a démissionné vendredi. L’homme politique wallon (MR) est notamment ingénieur de formation et actif successivement aux niveaux communal, provincial, régional et au parlement fédéral depuis les années 1980.

J'ai fait mon choix en concertation avec le Premier ministre Charles Michel", a déclaré ce dimanche matin lors d’une conférence de presse le président du MR, Olivier Chastel, a qui revenait la tâche de proposer un successeur à la ministre Jacqueline Galant, démissionnaire depuis vendredi. "Notre souci est de garantir la stabilité du gouvernement et la continuité de son action. Il n'était donc pas question de laisser cette fonction importante sans titulaire trop longtemps. Il n'était pas question non plus de diviser ce portefeuille ou d'échanger des compétences avec d'autres ministres", a ajouté Chastel (photo, à dr.).

François Bellot (62 ans) a été choisi en raison de ses compétences en matière ferroviaire et de gestion des entreprises publiques. Il est bourgmestre de Rochefort, député wallon et a présidé à la Chambre la commission spéciale "sécurité du rail" après l'accident de Buizingen. Il est ingénieur civil et en gestion des entreprises. Il est également diplômé de la prestigieuse École nationale d'Administration (ENA) française.

La première priorité que se fixe le nouveau ministre est le rétablissement d'un fonctionnement normal de l'aéroport national de Bruxelles, en répondant aux obligations internationales de sécurité et de sûreté. Au cours de la conférence de presse, François Bellot a également insisté sur l'importance qu'il accordait à la concertation dans deux dossiers particulièrement sensibles dont il hérite: le survol de Bruxelles - où il devra réaliser "la quadrature du cercle", selon ses mots - et la SNCB.

La tâche ne sera pas aisée: en sept ans, six ministres se sont succédés et certains se sont cassé les dents, a fait remarquer Bellot.

Les plus consultés