Panama Papers : d’autres banques belges citées

Le groupe bancaire Fortis, qui a été sauvé fin 2008 avec des milliards d’euros des contribuables et une garantie d’Etat, aurait aidé des milliers de clients riches à cacher des comptes en banque derrière des sociétés offshore dans des paradis fiscaux. Les banques Degroof et KBC sont également citées dans les documents qui ont fuité du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca. C’est ce que révèlent les médias belges De Tijd, Knack, MO* et le Soir ce samedi. En partenariat avec l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ), ils ont dévoilé des montages financiers obscurs offshore réalisés depuis les années 1970 par le bureau panaméen, dont auraient bénéficié aussi 732 Belges et quelques étrangers vivant dans notre pays.
AP2008

Il y a une quinzaine de jours, les médias auteurs de l'enquête dite des Panama Papers révélaient qu'une ex-filiale de la, banque Dexia avait été le plus gros client de Mossack Fonseca, avec la création de 1.600 sociétés offshore. Mais Dexia n'est pas la seule institution financière belge impliquée dans cette affaire.

Le groupe bancaire Fortis aurait ainsi créé une quinzaine de structures offshore qui ont toutes été désactivées dans les années 1990, tandis que la banque Degroof détenait des parts dans un intermédiaire luxembourgeois spécialisé dans la mise sur pied de telles sociétés.

Fortis avait ainsi dans son giron jusqu'en 2008 le groupe Intertrust, qui disposait notamment de bureaux sur l'île de Man, à Curaçao, aux îles Vierges britanniques ou encore à Hong Kong. Selon la directrice marketing d'Intertrust, le groupe a participé à la création de plusieurs milliers de sociétés offshore dans le passé.

Depuis la séparation avec Fortis en 2009, Intertrust a mis fin à ses relations avec 98% des clients impliqués dans ces structures, car ils ne répondaient pas aux critères d'exigence, ajoute-t-elle.

Degroof et KBC

La banque Degroof est, elle, notamment citée via l'entité Fidalux, au sein de laquelle elle détenait une participation jusqu'en 2004. Fidalux a notamment créé 16 sociétés-écrans aux Seychelles via MF rien qu'en 2001. Dans certains cas, celles-ci détenaient un compte auprès de Degroof Luxembourg. "Degroof Petercam a scrupuleusement respecté les modifications des législations, qui ont fortement évolué ces dernières années", a réagi le private banker.

Pour la banque KBC, il s’agirait avant tout de KBL European Private Banking - qui fut jusqu’en 2012 la branche private banking de la banque belge qui a arrangé des pratiques offshore en Suisse, à Monaco et au Royaume-Uni. En réaction aux révélations dans la presse, la KBC a communiqué que "le groupe suit aujourd’hui une politique très claire" et n’est pas impliqué dans la création de sociétés écran.