La N-VA veut un plan "anti-noyade" avec tous les pays méditerranéens

Le député européen Sander Loones (N-VA) a préconisé dimanche l'élaboration d'un vaste plan "anti-noyade" intégrant tous les pays d'Afrique du nord et de la région méditerranéenne, par analogie avec l'accord conclu entre la Turquie et l'Union européenne pour stopper l'arrivée de migrants en Europe.

Cet accord entre l'UE et Ankara - vivement contesté par des organisations non gouvernementales (ONG) - fonctionne bien, a assuré Sander Loones lors de l'émission "De zevende dag" de la VRT-télévision.

Le nombre de migrants atteignant la Grèce via la Turquie a fortement diminué, a ajouté l'eurodéputé, soulignant que "de surcroît plus personne ne se noie" en mer Egée.

"Et c'est principalement ce qu'est cet accord: un plan anti-noyade", a fait valoir Sander Loones.

Il a plaidé pour la conclusion d'accords similaires avec tous les pays d'Afrique du nord et de la région bordant la Mer méditerranée pour endiguer le flot de réfugiés transitant par l'Afrique et basés sur les mêmes principes: une attitude ferme envers les trafiquants d'êtres humains, une politique de retour vers les pays de transit, une limitation stricte du nombre de demandeurs d'asile admis en Europe et davantage d'investissements en faveur des camps de réfugiés dans la région.

Participant au même débat, l'eurodéputé Philippe De Backer (Open VLD) a quant à lui souligné que la limitation stricte du nombre de demandeurs d'asile était contraire au droit international.
Des milliers de migrants clandestins, originaires d'Afrique subsaharienne principalement, partent des côtes libyennes sur des bateaux de fortune pour rejoindre l'Italie.