Aide au développement durable de salles de concert et festivals

L’Union européenne va soutenir le développement durable de 11 salles de concert et sites de festival installés dans le Hainaut, en Flandre occidentale et dans le nord de la France. Le festival de Dour, le club musical 4AD de Dixmude et la salle de concert De Kreun à Courtrai seront ainsi épaulés.

Concrètement, l'Union européenne finance le projet DEMO (Durabilité et écologie dans le secteur de la musique et de ses organisations), qui veut promouvoir le développement durable dans le secteur musical. L'objectif est que les 11 salles de concert et festivals qui prennent part au projet puissent échanger des idées et parvenir ensemble à de nouveaux modèles pour le développement durable dans le secteur musical.

DEMO est un projet d'Interreg France-Wallonie-Flandre qui entend stimuler la coopération entre le nord de la France, le Hainaut et la Flandre occidentale. Le financement européen se fera via le FEDER (Fonds européen de développement régional).

"DEMO repose sur deux branches", précise Tom Vangheluwe de la salle de concert courtraisienne De Kreun, l’un des onze participants. "Tout d’abord, il y aura une campagne de sensibilisation. Nous voulons encourager les gens à venir au concert de façon "durable", comme par exemple à vélo. Ensuite, des modifications seront apportées aux salles de concert même".

Pour De Kreun, il s’agit plutôt de petites choses, indique Vangheluwe. "Nous avons ainsi l’intention d’installer de nouveaux robinets d’eau, pour limiter la consommation d’eau".

Une importante plus-value

Au club musical 4AD (photo), on estime que l’échange d’idées avec des partenaires belges et étrangers apporte une "grande plus-value". Marjan Dewulf précise : "Nous avons un peu d’expérience avec des projets durables, que nous pouvons maintenant associer à l’expertise de partenaires plus grands et plus expérimentés".

"Concrètement, chez 4AD nous voulons expérimenter avec l’isolation, l’énergie alternative et la mobilité, mais cela va plus loin que seulement l’aspect écologique. Attirer un public socialement diversifié et offrir une bonne accessibilité aux personnes moins valides sont également à l’ordre du jour", précise Marjan Dewulf.