Plusieurs enquêteurs de la cellule anti-terroriste veulent être mutés

Au moins 20 spécialistes souhaitent quitter au plus vite ce département pour un autre au sein de la police. Ils en ont assez des critiques incessantes, peut-on lire mercredi dans les quotidiens Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Hier, on apprenait, dans un rapport du Comité P, que le dossier de surveillance des frères Abdeslam avait été classé sans suite, une demi-année avant les attentats de Paris, par les spécialistes antiterroristes de la section A03 et ce, en raison du manque d'effectifs. Selon le nouveau rapport d'enquête, A03 a failli.

Avec ses 142 employés, le service est déjà en sous-effectif. Or, ces dernières semaines, au moins 20 membres du personnel ont demandé leur mutation.

Des sources au sommet de la police fédérale confirment l'information: "Cela n'est pas dû au fait qu'ils ne peuvent pas gérer le travail mais bien à cause des critiques incessantes et de choses qui ne sont pas présentées correctement. Tous ces aspects sont juste 'de trop' pour l'équipe, certains ont été brisés", explique-t-on.

"Ce n’est pas leur travail qui leur pose problème", a précisé Vincent Houssin (photo), porte-parole du syndicat libéral de police SLFP, sur les ondes de Radio1 (VRT). "Les agents s’impliquent à 200%, travaillent jour et nuit. Certains dorment même sur place pour gagner du temps, et sacrifient une partie de leur vie privée".

"La pression est constante, et la critique incessante", ajoute-t-il. "Ces dernières semaines, ils doivent à tout bout de champs se présenter aux services de contrôle. Ces auditions durent souvent des heures, alors qu’il y a évidemment d’autres priorités". "Les meilleurs enquêteurs sont apparemment au parlement et dans les services de contrôle. Qu’on leur donne alors les enquêtes puisqu’il semble qu’ils ont toutes les solutions", conclut ironiquement Vincent Houssin.