Bruxelles : attentats et piétonnier n’attisent pas les faillites

Les attentats du 22 mars à Zaventem et dans la station de métro Maelbeek, et la mise en place du piétonnier à Bruxelles ne se traduisent pour l’instant pas par une hausse importante du nombre de faillites dans le domaine de l’horeca dans la capitale belge, indiquent les chiffres présentés ce lundi par le bureau d’informations commerciales Graydon.
© Sara Janini - www.belgaimage.be

"Nous observons bien une augmentation du nombre de faillites dans l'horeca à Bruxelles, mais assez légère", explique Eric Van den Broele, de Graydon Belgium. "En outre, nous constatons que cette hausse se concentre presqu'entièrement sur la sous-catégorie 'Restauration à service complet'."

Pour le mois d'avril, 29 sociétés actives dans la restauration ont fait faillite à Bruxelles, contre 21 en avril 2015. Sur les quatre premiers mois de l'année, la hausse n'est que de 0,5%.

Le nombre de faillites dans l'horeca dans la capitale reste certes important ces dernières années si on compare ce nombre à l'ensemble des autres faillites. Ainsi, l'horeca bruxellois en 2014 était responsable de 14,9% des déclarations de faillites à Bruxelles, alors que depuis début 2016, ce pourcentage grimpe à 23,1%. Mais une hausse identique est relevée en Flandre, par exemple.

Tous secteurs confondus, en avril, le nombre de faillites en Belgique a reculé de 12% par rapport au même mois en 2015. Au total, 841 commerces ont fermé boutique. Sur les quatre premiers mois de l'année, Graydon observe une baisse de 16% par rapport au premier quadrimestre précédent, une baisse présente dans les trois Régions, Bruxelles connaissant le recul le plus spectaculaire (31%).

Plus de 1.700 emplois ont été perdus en raison des faillites en avril, la plus lourde perte ayant été enregistrée à Courtrai avec la faillite de Raamfabriek Vlieghe qui employait 131 personnes.