Deux Belges au Concours Reine Elisabeth de piano

La première épreuve du prestigieux concours musical belge de renom international, dédié cette année au piano, a débuté ce lundi 2 mai, au centre d’art bruxellois Flagey. Elle prendra fin samedi 7 mai, avec la proclamation des 24 demi-finalistes retenus. Parmi les 76 candidats sélectionnés figurent deux Belges : Yannick Van de Velde, qui jouait ce mardi après-midi, et Florian Noack, qui se présentera mercredi après-midi. Tous deux sont âgés de 26 ans et étudient notamment en Allemagne. L’Anversois Van de Velde avait déjà été demi-finaliste lors de l’édition précédente du Concours pour piano, en 2013.

Au terme de la présélection effectuée par le jury sur base d’enregistrements vidéo, 82 candidats ont finalement été admis à participer aux épreuves publiques du Concours international Reine Elisabeth de Belgique de piano 2016. Certains d’entre eux se sont désistés, si bien que 76 candidats se présenteront cette semaine (2 au 7 mai) à la première épreuve éliminatoire, au Studio 4 du centre d’art bruxellois Flagey. Parmi ces jeunes pianistes de 23 nationalités différentes, il y a 23 femmes et 53 hommes, dont deux Belges : l’Anversois Yannick Van de Velde (26 ans) et le Bruxellois Florian Noack (26 ans).

Depuis le tirage au sort de l’ordre de passage, effectué vendredi dernier, ils savent quand ils devront jouer devant le prestigieux jury, comprenant notamment les interprètes réputés Diane Andersen, Frank Braley, Peter Donohoe, Markus Groh, Cécile Ousset, Anne Queffélec, Boyan Vodenitcharov et Nicolas Dernoncourt. Ainsi, Yannick Van de Velde devait présenter son programme (du J.S. Bach, une sonate classique, une étude de Chopin, Liszt ou Debussy et une autre de Dusapin, Ligeti, Messiaen ou Rautavaara notamment) ce mardi à 15h25, tandis que Florian Noack jouera mercredi à 17h10.

Cette année encore, les candidats asiatiques sont présents en majorité, avec 22 Coréens, 6 Chinois, 7 Japonais, un Thaïlandais, mais aussi 8 Américains, un Canadien, 6 Russes, 3 Ukrainiens, une Marocaine, un Brésilien, un Croate, une Bulgare, un Tchèque, un Hongrois, un Roumain, 5 Français (dont un a étudié à la Chapelle musicale Reine Elisabeth), deux Italiens, deux Britanniques, un Espagnol, un Grec et une Allemande.

Qui sont Florian Noack et Yannick Van de Velde ?

Né dans la commune bruxelloise d’Auderghem en janvier 1990, Florian Noack (26 ans) vit actuellement surtout en Allemagne, où il étudie au Conservatoire de Cologne. Il se rend en moyenne deux fois par mois à Bâle (Suisse), où il suit des cours de piano à la Musik Akademie. Passionné par les transcriptions, les paraphrases et la musique ancienne, Noack a réalisé un disque avec ses propres transcriptions pour piano pour lequel il a été nommé "Jeune Artiste de l'Année 2015" à l'Echo Klassik, une distinction qui confirme "son talent exceptionnel", selon son agent artistique.

Florian est décrit par sa manager comme un musicien singulier avec une vraie curiosité. "C'est un garçon très attachant avec un tempérament extrêmement vif et sympathique". Le jeune pianiste bruxellois a déjà été lauréat de plus d'une vingtaine de concours nationaux et internationaux, dont le concours international Rachmaninov, le concours Robert Schumann et le prix de la Fondation belge de la Vocation.

VIDEO:  Regardez le portrait de Florian Noack

L’Anversois Yannick Van de Velde (photo), né aussi en janvier 1990 et dans une famille de musiciens, a commencé le piano à l'âge de 5 ans. Il s'est formé auprès des plus grands pédagogues, comptant parmi ses professeurs Klaus Hellwig, Elisso Virsalladze, et les Belges Jean-Claude Vanden Eynden et Jan Michiels.

Van de Velde a participé à de nombreux concours nationaux et internationaux. Il a entre autres reçu le premier prix du concours Dexia, le prix de la Fondation Chopin, et en 2015 il était finaliste du prestigieux concours Busoni à Bolzano (Italie), qui lança véritablement sa carrière.

Il réside depuis 6 ans en Belgique, mais aussi à Berlin en Allemagne, ce qui lui donne l’occasion de se rendre régulièrement à des concerts de tous grands pianistes, comme Menahem Pressler, expliquait-il dans une interview accordée à la VRT. Il y a 3 ans, il participait au précédent concours Reine Elisabeth, où il arriva jusqu’en demi-finale. « Il s’est beaucoup passé en 3 ans. C’est un nouveau Yannick qui se présente cette fois au Concours », confiait encore Van de Velde à Canvas.be.

Demi-finale et finale, jusqu’au 28 mai

Du 9 au 14 mai, les 24 demi-finalistes retenus par le jury devront interpréter d’une part un concerto de Mozart, accompagnés par l’Orchestre royal de chambre de Wallonie, et d’autre part un récital comprenant notamment l’œuvre inédite "Tears of Lights", composée pour le Concours par le Liégeois Fabian Fiorini.

Les douze finalistes sélectionnés au terme de cette épreuve passeront d’abord une semaine de "retraite" à la Chapelle musicale Reine Elisabeth à Waterloo (photo) - c’est l’une des particularités du Concours belge -, pour y préparer leur concerto final et surtout l’œuvre inédite sélectionnée par le jury. Son titre et son compositeur ne seront révélés que quand le dernier des 12 finalistes aura rejoint la Chapelle, vers le 20 mai.

La proclamation des résultats aura lieu le 28 mai, tard dans la soirée, à l’issue des soirées de finale (accompagnées par l'Orchestre national de Belgique dirigé par Marin Alsop), en présence de la reine Mathilde, qui est présidente d’honneur du Concours. Les lauréats donneront ensuite une série de concerts dans le pays.

l'Escaut architectures

La VRT suit le Concours à la trace

La chaîne de télévision Canvas.be suivra dès la première épreuve (2-7 mai) et se concentre sur les prestations des deux candidats belges. Les demi-finale et finale seront suivies intégralement en "livestream".

La chaîne de radio Klara présentera les demi-finale (9-14 mai) et finale (23-28 mai) en direct, commentées par Lut Van der Eycken. 

Canvas suivra également la demi-finale en direct (sur Ketnet) et la finale présentée en direct par Katelijne Boon et Vincent Verelst (photo). 

©Joost Joossen