Pas de files d’attente ce mercredi matin à Brussels Airport

Les voyageurs et leurs bagages ne sont désormais plus systématiquement contrôlés avant d'atteindre le hall des départs de l'aéroport. Le résultat se fait déjà sentir : dans la matinée, il n’y avait pas de files d’attente face à l’établissement, contrairement à ces trois derniers jours.

Lundi et mardi matin, les voyageurs devaient parfois faire deux heures de file avant d'atteindre le hall des départs, le temps que chaque voyageur et chaque bagage soit contrôlé. Mais le système de pré-screening est assoupli depuis mercredi, puisque les contrôles ne sont plus systématiques.

L'assouplissement de la procédure de contrôle semble faire ses preuves, vu que tout s'est déroulé de manière fluide au premier pic matinal mercredi matin, selon la porte-parole de Brussels Airport. Il faudra voir plus tard dans la matinée, car les problèmes étaient principalement survenus entre 08h00 et 09h00 les jours précédents. De plus, jusqu'à 25.000 passagers sont attendus à l'aéroport avant ce week-end prolongé.

Brussels Airport conseille toujours aux voyageurs de se rendre trois heures à l'avance à Brussels Airport. Les personnes qui se rendent dans un pays de la zone Schengen sont pour leur part invités à ne venir que deux heures avant leur vol. 

"Un screening aléatoire ou en fonction de comportements suspects"

Hier, le ministre de l’Intérieur Jan Jambon a confirmé que les voyageurs et leurs bagages ne seraient plus systématiquement contrôlés avant d'atteindre le hall des départs. "Nous avons cherché une solution qui assure la sécurité et le confort des passagers."

Les voyageurs devront toujours traverser les tentes installées devant le hall des départs de Brussels Aiprort mais la police effectuera désormais les contrôles des documents d'identité, des billets d'avion et le screening des bagages de façon aléatoire ou en fonction de comportements suspects.

Tout le monde reste donc susceptible d'être contrôlé, souligne Jan Jambon. "Nous avons adopté cette décision qui améliore le confort des passagers tout en maintenant leur sécurité. Nous avons pris en compte les besoins de tous les interlocuteurs, analysé la situation économique de l'aéroport et compris les soucis rencontrés par le personnel et les policiers."